Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 août 2014 5 22 /08 /août /2014 21:34

The-Raid-2-poster

 

 

Sorti en catimini fin juillet en France le second volet « il était une fois en Indonésie » se veut une fresque épique mélangeant le polar, le film de yakuza avec des scènes d’actions encore plus géniales que le 1er volet. 2h30 de bonheur qui nous présente des personnages aussi charismatiques les uns que les autres.

 

Il y a 2 ans THE RAID avait fait le buzz. Présenté dabord au festival de Toronto, puis Sitges, Beaune , le film avait eu d’excellents retours. On parlait même d’un phénomène et d’un avant et un après The Raid. Ce buzz a été relayé aussi bien par les réseaux sociaux que les bloggeurs et journalistes. SND, le distributeur français du film avait misé gros et à raison en présentant le film sur beaucoup d’écrans et aussi avec une campagne marketing alimentant ce buzz. Le distributeur avait sorti l’artillerie lourde en diffusant le film en avant-première dans de nombreux cinémas.

Entre temps, une autre avant-première parisienne avait été programmée le 2012. Colin ,un ancien de blogorama rencontré pour l’occasion m’avait parlé de cette soirée à ne pas rater ; d’autant que Gareth Evans le réalisateur serait présent. Ni une, ni deux je propose au fan numéro de Jackie Chan Pacboy ainsi qu’à sa Seigneurie Shin, Vladdy se faisant porter pâle. Nous nous retrouvons au cinéma le Pathé Place de Clichy à Paris. Dégustation de pintes et de cocktails avant le film. Et zou, à 20h direction  le cinéma. Heureusement nous avions acheté nos places en avance 2 jours avant car la salle était pleine de geeks et de geekettes. Shin se sentait dans son élément même si il ne l’avouera jamais. Après une rapide présentation du film par le réalisateur, une Q&A eut lieu après l’uppercut dans ta face que fut la découverte de THE RAID. Les gens applaudissaient à la fin des moments de bravoure. Gareth Evans se montrant ouvert et chaleureux (à l’opposé du film bourrin mais super jouissif) pendant les questions. En sortant de la salle Pacboy avait pris la pose avec le réalisateur. D’ailleurs vous pouvez voir l’ami Pacboy dans la vidéo promo présentant The Raid (1,33 min). « C’était vraiment le summum. »

 

 


Nous étions devenus fans du film et du réalisateur ainsi que des acteurs. Filmé souvent caméra à l’épaule, les scènes de fusillades et combats étaient d’une rare intensité mais très lisibles (le cut incessant façon Paul Greengrass n’était pas présent dans ce film) comme dans les films HK des années 80 et 90. Tu sortais de la salle lessivé mais heureux d’avoir enfin revu un film d’action à la mise en scène soignée. Que le scénario ou le jeu des acteurs soit moyen (euh, les bad guys sont très charismatiques), THE RAID se savoure comme un jeu vidéo avec une impression de danger et d’oppression permanente. Les influences du  cinéma américain (Die Hard, Assaut…) ou HK (chorégraphies, longueurs des combats) Un film d’action fun, généreux te mettant KO. Et tu en redemandes. J’irais revoir cet excellent film 2 fois en salle. Au passage, le film SAFE avec J. Statham est une bombe. A revoir d’urgence.

 

531826 395506180473244 605211557 n

      Pacboy et Gareth Evans le soir de l'avant-première parisienne de THE RAID.

Suite au succés de THE RAID, Gareth Evans participera au film d'horreur V/H/S 2.

 

Alors que le 1er film se voulait plus nerveux mais plus modeste sur l’histoire et le scénario, le second volet est bourré d’ambitions sur le fond et la forme aussi à l’image des suites géniales MAD MAX 2, ALIENS, T2, HELLBOY 2…

 

 

 

 

 

A l’origine BERANDAL (premier titre de THE RAID 2) devait être le premier film tourné par Gareth Evans après MERANTAU. Le film racontait le parcours d’un policier infiltré dans Djakarta. Se voulant très ambitieux, le projet ne parvint pas à trouver la totalité de son financement souhaite. Gareth Evans et son équipe mirent de côté BERANDAL pour tourner THE RAID pendant l’année 2010. Suite au succès du 1er film, BERANDAL pût être financé et tourné. Il fallait juste faire des ajustements et adapter  l’histoire de ce film avec la fin de THE RAID. Ce que l’équipe parvint à faire avec brio.

 

The-Raid-2-0365.jpg

 

M

  Mardi 9 mai 2014, London city. Après la déception d’avoir vu la sortie française reporté fin juillet, Sa gracieuse Sa majesté Shin propose d’aller voir THE RAID 2 dans une salle londonnienne. Excellente idée. Il sera content comme lorsqu’il déguste un Double Whopper chez BK. Un vrai radar. Il peut te repérer les futurs BK en France, tandis que Vladdy ce sont les Mc Do. Mais revenons à Londres. Nous étions dans la city pour un week-end d’anniversaire. Désireux de découvrir le film et histoire de rendre jaloux ses connaissances (technique shinienne qui fonctionne) nous nous sommes rendus au Empire Cinema pour la séance de 14h15. Quelle ne fût pas notre surprise quand nous entrâmes dans la salle si petite (une vingtaine de sièges). Mais attention, hein ? Ce n’est pas la salle 3 du MK2 Parnasse ou Shin et Sir Vladdy avaient été voir BELLFLOWER. J

Les bandes-annonces défilent. Zou, le logo, « blood and strongly violence, gore » apparait. Le geek (clone de celui des Simpson) assis à côté de Stéphane jubile. Il manifestera son émoi à la fin des nombreuses scènes de combats et d’actions. Même le veston et les deux potes jubileront aussi pendant ce film. Quand Shin et ma pomme sommes sortis de la salle, nous avons repris lentement notre souffle et ce dernier me parlait de son envie de revoir le film avec les sous-titres français. Chose qu’il fera deux fois (l’enfoiros !)/ ;-)  Le film tenait ses promesses. Et nous avons été bluffé par la qualité de l’image et le son, les effets sonores.

Malheureusement, la sortie tardive du film en France expliqué par Manuel Chiche (fondateur de The jokers, le co-distributeur français du film avec Le Pacte) va pénaliser le résultat au box-office du long-métrage. Un article publié dans Libération du 9 août parlait de 25000 liens en téléchargement ou streaming pour ce film. On peut comprendre l’impatience des amateurs du 1er film d’avoir découvert le film par des moyens détournés mais on peut leur reprocher de ne pas l’avoir vu au cinéma tant le film se savoure sur grand écran. Le format scope, les plans au ralenti filmés par la caméra Red Epic montrent que l’expérience au cinéma est un plus. Sérieusement, si vous aviez le choix, irez-vous voir les films de Sergio Leone sur votre pc ou au cinéma ?

Chaque spectateur est libre de son choix. On ne peut que soutenir la déception du distributeur français mais on pourra lui dire que la sortie fin juillet  dans moins de salles que prévus n’a pas permis au film de se faire connaitre et surtout apprécier au cinéma.

Sur la page fb du film les taglines ne manqueront pas d’ironie. :- /

 

http://www.allocine.fr/article/fichearticle_gen_carticle=18635976.html 

Résumé piqué sur allociné

 

« Après un combat sans merci pour s’extirper d’un immeuble rempli de criminels et de fous furieux, laissant derrière lui des monceaux de cadavres de policiers et de dangereux truands, Rama, jeune flic de Jakarta, pensait retrouver une vie normale, avec sa femme et son tout jeune fils…. Mais il se trompait. On lui impose en effet une nouvelle mission : Rama devra infiltrer le syndicat du crime, où coexistent dans une sorte de statu quo mafia indonésienne et yakusas. Sous l’identité de « Yuda », un tueur sans pitié, il se laisse jeter en prison afin d’y gagner la confiance d'Uco, le fils d'un magnat du crime indonésien - son ticket d’entrée pour intégrer l’organisation. Sur fond de guerre des gangs, il risquera sa vie dans un dangereux jeu de rôle destiné à porter un coup fatal à l’empire du crime. »

 

 

The-Raid-2-4

 


The RAID 2 commence 2 h après la fin du 1er film. Rama, son équipier et le truand arrêté parviennent à s’échapper. Ils trouvent refuge chez un contact de la police donné par le frère de Rama. Ce dernier sera d’ailleurs exécuté au début du film par les hommes de Bago. Le titre du film apparait devant un fond éclaboussé de sang. Cette introduction présentant les personnages du précédent volet font le lien et présentent le personnage de Bago parlant de limites et d’ambitions. Une introduction et une mise à mort dans un décor évoquant une séquence de CASINO sorti en 1995. Le calme avant la tempête.

La scène d’après nous montre Rama discuter avec le commissaire et sa future mission. On nous y présente les enjeux de la mission et ses contraintes.

Avec un parallèle entre Rama assis dans les toilettes d’une prison et sa pensée pour son frère et le fait de quitter sa famille pour un temps, le réalisateur nous présente un personnage seul (à l’opposé du volet précédent) qui va devoir faire cavalier seul.

De nombreuses séquences de bastons sont présentes dans le film. Rien que cette première fight entre Rama et des prisonniers donne un petit avant-goût de la violence bourrine qui nous attend. A l’origine, une démo avait été faite par l’équipe du film pour trouver des investisseurs après MERANTAU. L’équipe conservera cette scène en ne changeant que des projections et en rallongeant la durée.

 

the-raid-2-painful-baseball-bat-man-fight-clip


«[...] cette scène n'était pas destinée à être vue publiquement, elle n'était faite que pour chercher à trouver des investisseurs. Mais finalement, elle a trouvé son chemin sur Internet (rires) ! On l'avait tournée en une journée, sans le moindre budget. Pour le THE RAID 2, on avait un budget assurément plus important, donc ça a pas mal aidé de ce côté. J'ai gardé en particulier l'idée de la vis qui se défait ainsi que quelques points de chorégraphie. C'était amusant de pouvoir refaire cette scène dans de telles conditions. »

 

Devant la multitude de scènes d'actions et leur diversités, Gareth Evans s'appuiera sur la même équipe (acteurs et techniciens) que sur ses deux précédents longs : combats à un contre un, un contre plusieurs, fusillades, sauts, poursuites automobiles, combats avec armes blanches...

« On a cherché autant que possible à retrouver des personnes avec qui on avait travaillé sur MERANTAU et THE RAID. Donc, vous pouvez voir de film en film les mêmes têtes faire des apparitions. On cherche à travailler avec les mêmes individus, car on a de bonnes relations de travail et une compréhension commune de ce qu’il y a à faire et de ce qu’il faut faire. »

 

 146794-r 640 600-b 1 D6D6D6-f jpg-q x-xxyxx


Bruce Law sera de la partie. Connu pour ses collaborations avec John Woo, Ringo Lam et Tsui Hark, il s’est spécialisé dans les cascades et poursuites automobiles. Son expérience sera précieuse pour Gareth Evans sur une scène de course-poursuite impliquant trois voitures, une moto avec fusillades et combats à mains nus. Puissant !

Sans trop en dire la scène de bagarre dans la prison est un modèle de gestion de l’espace. Un ralenti présente les enjeux avec le positionnement des personnages. Quand la violence eclatera, les combats seront filmés en plans-séquences. Magnifique.

 

Un point majeur du film outre sa multitude de personnages et leur personnalité. Ainsi Rama devient un pion sur un échiquier en infiltrant le milieu. Il se retrouver seul entre la police, la gang japonais et indonésienne. Le moment ou il appelle sa femme est son fils sont touchants. L’acteur,toujours aussi doué dans les scènes de combats  a gagné en confiance dans son jeu dans les scènes plus calmes. A l’image de Yayan Ruhian, touchant en tueur oeuvrant pour la mafia indonésienne. Son parcours rappelant en moins dur et moins tragique celui de Jacky Cheung dans UNE BALLE DANS LA TETE. « SPOLIERS » Sa mort purement onirique ‘filmé sous la neige avec la musique de Barry Lyndon en devient plus triste et dur. Mais son exécution fait office de passage de témoin avec un nouveau tueur au 2 lames courbés et tranchantes, manière de rappeler qui est le nouveau boss comme le disait Shin. FIN DES SPOLIERS. »

L’interprétation des comédiens confirmés japonais ou indonésiens sera un atout.. Je m’explique le fait que Ido Uwais dont le jeu s’est amélioré soit bien entouré par ces solides acteurs tel que Alex Abbad, Cecep Arif Rahman, Julie Estelle, Very Tri Yulisman, Arifin Putra, Oka Ontara et les 3 acteurs japonais Ryuhei Matsuda, Ken’ichi Endo, Kazuki Kitamura.

Puis, les rapports entre les 2 chefs de clan est aussi bien interprété. Le fameux « Je m'excuse » devenant « excusez-moi. »

Ce qui est marrant c'est la brutalité des bastons comme celle de la cuisine

Enfin la photographie soignée basée aussi sur les jeux de lumière est d'une rare classe. On sent l'inspiration chez Nicolas Windgin Refn ou les films de Yakuza. (du moins le peu que j'ai vu. :-( ) Puis quand des hommes de main utilisent les armes blanches issus de l'imaginaire manga ou comic-book, ca ne se refuse pas.

La musique est rageuse aussi comme le morceau Roeg..

 

 

 

 

Malgré l'attente du film, ce qui pouvait susciter des déceptions pour certaines et certains, ce qu'on peut comprendre, la caméra n'est pas tremblotante et le film n'a pas été réalisé par un tâcheron. La longue durée n'empêche pas d'aimer le film. Au contraire elle permet d'apprécier cette histoire de fresque mafieuse tout en se délectant de scènes d'actions géniallissimes. Plus bourrin et violent que Ong Bak mais riche et inspiré comme l'était LES INFILTRES de Martin Scorcese.

On en viendrait presque à avoir la larme a l'oeil par moment comme la relation touchante entre Bangunn et Uco .

 

 

      Sources : Cinemag Fantastique numéro 5 parge 14 et 15- article de Seb Lecocq

Popcorn numéro 6 page 56 à 61- interview de Gareth Evans par Julien Sévéon

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Oreo33
commenter cet article

commentaires

Roggy 30/08/2014 10:02

Eh bien, quelle aventure autour du diptyque "The Raid" ! Pour ma part, j'ai préféré le 1er opus, malgré la qualité visuelle de la suite. En revanche, je n'ai pas adhéré à l'histoire façon polar qui
a du mal à s'inscrire entre les scènes de baston.

Oreo33 06/11/2014 23:48



Pourquoi tu n'a pas adhéré ? 



Mr Vladdy 24/08/2014 00:29

"Alors que le 1er film se voulait plus nerveux mais plus modeste sur l’histoire et le scénario, le second volet est bourré d’ambitions sur le fond et la forme aussi à l’image des suites géniales
MAD MAX 2, ALIENS, T2, HELLBOY 2…"

Petite coquille, ce paragraphe est présent deux fois dans ton billet avant et après la vidéo ;-)

Oreo33 24/08/2014 22:02



Oups. 


 


Voui, merci. Je viens de corriger. ;-)



Présentation

  • : Oreo33
  •  Oreo33
  • : Un imbécile heureux !
  • Contact

Profil

  • Oreo33

Recherche