Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2014 3 14 /05 /mai /2014 12:05

losers.jpg

 

Pur film d'exploitation, cette oeuvre de Jack Starret se déroule pendant la guerre du Vietnam. Mélange de genres : films de bikers, de commandos et de vietnam movie qui feront en partie la gloire de la Cannon dans les années 80. Oh, mais attendez, The Losers est sorti en 1970. Ultra classe, non ?

 

C'est aussi un mix entre les douze salopards et la horde sauvage comme le rappelle l'affiche.

 

Résumé :

 

«  En plein guerre du Vietnam, l'armée américaine recrute cing Hell's Angeles pour une mission suicide : aller délivrer un important agent de la CIA (Jack Starrett) détenu prisonnier dans un camp à la frontière du Cambodge. Pour cela, les cinq Hell's Angels-anciens héros de l'armée-transforment et customisent cinq motos en véritables « machines du diable ».

 

C'est en achetant le numéro 14 du fanzine Videostopsie dans la boutique Hors-Circuits à Paris que j'ai connu le nom de Jack Starrett. La couverture attirante reprenant des scènes du film le plus connu de son réalisateur : THE RACE WITH THE DEVIL / LA COURSE CONTRE L'ENFER. En le lisant j'appris beaucoup sur cet acteur / réalisateur / cascadeur / scénariste. Ainsi après une introduction rappelant son influence sur des cinéastes actuels et son passage devant et derrière la caméra pour des séries, courts et longs, le gros du dossier s'attarde dans la deuxième partie à présenter et analyser chaque film réalisé par Jack Starrett. Cerise sur le gâteau, un encadré fait un état des lieux sur le ou les dvd, copies disponibles de ces films. Un peu comme chez Nanarland avec leur côte de rareté quand tu cherches à te procurer un film.A noter que Jack Starret interprète l'adjoint du shériff dans le 1er Rambo.

 

videotopsie-n14-fanzine-21x30-2014.jpg

 

Mais revenons au film. Série B aux personnages attachants et aux scènes de bastons comprenant aussi un final explosif ou les balles sifflent et les bâtiments explosent. Le film est sorti dabord sous le titre Nam's Angels avant de changer pour THE LOSERS. Curieusement Nam's Angels est aussi le titre d'un film de Cirio H. Santiago sorti pendant les années 80 avec une histoire proche.

 

Après une introduction rapide nous rappelant le danger permanent pour les troupes U.S. Face aux troupes nord-vietnamiennes et leur alliés, les 5 personnages principaux nous sont présentés. Look extravagant, attitude rebelle, cheveux longs, boucle d'oreille soit l'opposé de la rigueur et de l'ordre des marines. On se demande même pourquoi les 5 Hell's Angels ont été embauchés pour faire cette mission. En cherchant sur le web, il apparaît que Sonny Barger aurait écrit une lettre au président Lyndon Johnson en 1965 pour lui proposer les services du club. Il n'y aura pas de réponse mais cette anecdote sera conservée pour en faire le sujet d'un film par l'écrivain / scénariste Alan Caillou.

D'ailleurs l'homme fera une apparition à la fin du film en tant qu'officier soviétique.

Jack Starrett paufinera aussi le script. Le tournage aura lieu aux Philippines pour un modeste budget de 350 000 dollars. Ce qui est peut vu les ambitions nottament lors du final avec la prise du camp. Pour autant le film ne fait pas cheap que ce soit dans les costumes, les impacts de balles, les explosions. On peut regretter qu'il manque des hélicoptères, des avions mais vu la mission secrète on peut comprendre la discrétion des marines qui d'ailleurs n'ont pas la permission d'entrer au Cambodge pour libérer le prisonnier politique. Ils sont là en soutien logistique et en appui en cas de retraite. Preuve en est dans la dangerosité de la mission, elle n'est même pas classée. Un peu comme le début d'un épisode de Mission Impossible.

 

losers_shot4l.jpg

 

Chaque personnage est reconnaissable grâce à son look et sa motivation dans la mission. Certains n'y sont que par pur envie de se faire de l'argent et de se battre à main nue, profiter des plaisirs locaux (alcool et femmes). :-(

D'autres sont là pour retrouver leur amour perdue pendant la guerre, se venger, ou même trouver l'amour malgré eux. Cette présentation arrive pendant la moitié du film (partie la plus longuette hélas) mais nécessaire pour s'attacher à leur sort.

Côté casting William Smith interprète le leader des Hell's Angels. Charismatique, il arrive à se faire respecter de ses hommes et des militaires. De l'autre côté nous avons dans le rôle du capitaine qui couvre les motards le génial Bernie Hamilton (le chef dans la série Starsky et Hutch). Même le reste du casting n'est pas en reste : Adam Roarke, Paul Koslo, Houston Savage, Eugene Cronelius.A noter que la plupart des acteurs effectueront les cascades. Signe d'authenticité mais dangereux quand même. Les explosions ont lieu près des acteurs.

 

600px-The_losers_madsen_501.jpg


La cerise sur le gâteau revient au rôle délectable de Chet Davis interprété par Jack Starret. Incarnant un «pourri de première » ce bureaucrate fourbe, cynique est détestable et ses répliques cinglantes. Heureusement il y a tout de même un peu de douceur dans ce film grâce à la parenthèse (réapprovisionnement et plaisirs lors de la halte dans la ville). Une fois les motos Yamaha terminées (« moitié Harley-moitié Volkswagen ») le film prend un peu plus des allures de B-movie. Ce qui rend le film original. Voir des mitraillettes montées sur une moto customisée vaut son pensant d'or. Mais le clou du film reste l'attaque du camp. Tourné en caméra à l'épaule (pour les scènes de panique) et en plans rapprochés cette séquences parfaitement montée et chorégraphiée est très réussi. A tel point qu'on ressent le danger autant pour les vietnamiens ou les Hell's Angels.

 

En combinant le film de motards et le film de guerre du Vietnam, Jack Starrett signe un film original. Il fallait oser sortir le film à cette époque. Volontiers crtique envers les politiciens et la hiérarchie militaire, le film s'attache aux soldats et aux Hell's Angels. Notons aussi l'usage du ralenti rappelant La Horde Sauvage de Sam Peckinpah sorti un an avant ce film. Il y a des scènes dures aussi. Enfin la chanson The Losers reprenant le titre du film présente 2 fois dans le film vient présenter et conclure et de quelle manière. La fin est cinglante. A noter que le film a été diffusé à la Cinémathèque pour les soirées bis.

 

Je me permets de citer l'excellent article de Vidéotopsie sur ce film :

 

« Pur film d'exploitation jouissif, calibré pour les drive-in, Les Machines du Diable n'en demeure pas moins l'oeuvre d'un cinéaste engagé et visionnaire. Et toute série B qu'il est, son importance dans l'histoire du cinéma de genre et des Vietnam movies est capitale. Quentin Tarantino ne se trompera pas d'ailleurs lorsqu'il lui rendra un vibrant hommage dans cette scène de Pulp Fiction, ou Maria de Madeiros et Bruce Willis regardent le film de Starret sur la télévision de leur motel... Ajoutons pour finir que THE LOSERS eut les honneurs des écrans français, en 1972 sous le titre « Les Machines du Diable ».

 

Sources :

Vidéotopsie numéro 14

imdb

 

BA

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Oreo33
commenter cet article

commentaires

Roggy 22/05/2014 20:29

Non c'est le Stryker de Cirio H. Santiago vu à la cinémathèque aussi. Peut-être que je ne me souvenais pas du film chroniqué alors :)

Oreo33 24/05/2014 19:18



Tu parles de cette soirée là ?


 


http://www1.cinematheque.fr/fr/dans-salles/rendez-vous-reguliers/fiche-manifestation/cinema-bis-serie-aux-philippines,8197.html



Roggy 19/05/2014 20:11

Je ne connais pas ce film, mais il m'en rappelle un que j'avais vu à une soirée Bis. "Striker" nous avait fait bien rire ce soir-là.

Oreo33 21/05/2014 09:28



Oui, il avait été diffusé à la cinémathèque avec un programme auto-moto.  http://www.cinematheque.fr/fr/dans-salles/rendez-vous-reguliers/fiche-manifestation/cinema-bis-auto-moto,13739.html


 


Pour Striker, tu parles du film de Enzo G. Castellari ? http://www.dailymotion.com/video/xv9fu2_striker-1987-trailer_shortfilms



Mr Vladdy 16/05/2014 16:57

Un film qui ne me dit rien ^^ J'en avais jamais entendu parler (enfin je crois pas) mais bon pourquoi pas un jour. Il ne faut pas dire fontaine je ne boirais jamais ton eau et je suis curieux de
nature. Du coup, je ne lierais ton papier qu'une fois que j'aurais vu ce film :P

Oreo33 21/05/2014 09:24



Le film est sorti en zone all avec sous-titres anglais dans une belle copie avec bande-annonce, spots radio et surtout un commentaire audio des acteurs William Smith et Paul Koslo. Sinon, il
reste d'autres moyens que je ne mentionnerais pas. Et t'inquiète je ne dévoile pas trop. Mais mate la B.A. pour te faire une idée.



Présentation

  • : Oreo33
  •  Oreo33
  • : Un imbécile heureux !
  • Contact

Profil

  • Oreo33

Recherche