Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juillet 2013 5 19 /07 /juillet /2013 14:14

 

 Pacific-Rim-Affiche-France

 

 

La grosse attente de l'année. Certains et certaines ne pouvaient contenir leur patience. 

Et ils avaient raison. Après l'abandon de Bilbo le Hobbit il y a 3 ans; le cinéma de Guillermo Del Toro commençait à manquer.

Ce qui ne veut pas dire que le monsieur n'a rien fait. IL en a profité pour monter le projet « Les Montagnes Hallucinées » avec T. Cruise dans le rôle principal,

et s'est attelé à pleins de projets (en stand-by ou concrétisés) entre Hellboy 2 et Pacific Rim (roman, production de films, séries...).

 

Ainsi avec son dernier film le réal de Cronos fait son grand retour et signe un film très spectaculaire, ambitieux, hargneux mais surtout sincère. Le travail de plusieurs années

de patience à peaufiner, construire sa vision, nous amener avec son équipage (scénariste, production designers, costumiers, infographistes, cascadeurs, musiciens) vers un monde

vers l'infini et l'au-delà. Un film à la croisée des mondes et ou l'union, la solidarité, l'amour, le dépassement de soi, la confiance prennent sont gravés au fer rouge.

 

"Pacific Rim est arrivé à un moment  crucial, ça m'a sauvé la vie. Alors que j'écris ces lignes, on ignore si le film plaira à un large public, mais sachez que le réaliser est

une expérience  qui m'a changé : c'est la meilleure production cinématographique sur laquelle j'ai travaille. Pas seulement parce qu'elle a été une réussite sur le plan créatif

(grâce à d'anciens et de nouveaux collaborateurs) ni parce que mes relations avec Legendary et Warner Bros ont été idéales, mais bien parce que tout s'est fait pour les bonnes raisons,

au bon moment et avec les bonnes personnes."

 

Résumé piqué sur allociné.

 

Surgies des flots, des hordes de créatures monstrueuses venues d’ailleurs, les «Kaiju», ont déclenché une guerre qui a fait des millions de victimes et épuisé les ressources naturelles de l’humanité pendant des années. Pour les combattre, une arme d’un genre nouveau a été
mise au point : de gigantesques robots, les «Jaegers», contrôlés simultanément par deux pilotes qui communiquent par télépathie grâce à une passerelle neuronale baptisée le «courant». Mais même les Jaegers semblent impuissants face aux redoutables Kaiju.
Alors que la défaite paraît inéluctable, les forces armées qui protègent l’humanité n’ont d’autre choix que d’avoir recours à deux héros hors normes : un ancien pilote au bout du rouleau (Charlie Hunnam) et une jeune femme en cours d’entraînement (Rinko Kikuchi) qui font équipe pour manoeuvrer un Jaeger d’apparence obsolète. Ensemble, ils incarnent désormais le dernier rempart de l’humanité contre une apocalypse de plus en plus imminente…

 

 

C'est bien simple avec le pitch simple mais plus malin que cela (la bataille pour la terre entre les robots et humains résistants et les monstres belliqueux) on pouvait craindre une une redite

de blockbusters récents (Transformers, Godzilla pour les pires). Attention j'aime Godzilla super nanar. ^^ On peut me lapider.

 

CAPTUR-1.PNG

 

 

Heureusement M. Del Toro et son équipe te balaie en quelques minutes d'intro les souvenirs que nous avions des 2 films cités. Comment ? Tout simplement en montrant une situation

crédible ou d'entrée les enjeux sont posés comme dans les "breaking news" dans un monde au bord de l'apocalypse. Une manière judicieuse aussi de montrer au spectateur que ces

évènements ont réellement lieux dans des endroits que nous connaissons.

La première attaque d'un Kaiju intervient avant 10 minutes et autant le dire elle pourrait faire parti d'un final de film à gros budget. Le réalisateur n'a pas choisi

la facilité pour cette mise en bouche. La scène se passe en haute mer en pleine tempête. L'affrontement du géant de fer et de la gigantesque créature des océans.

La caméra se faufilant restant près des combattants et filmé de la même manière que les chorégraphies des films d'arts martiaux, permettant une lisibilité et une fluidité

des mouvements efficaces. Leur taille est visible grâce au niveau de l'eau et surtout à l'imprudent bateau de pêcheur se trouvant sur la zone. Nous avons donc une lutte à mort

aussi bourrine que gargantuesque.

Passé cette séquence introductive dantesque le générique "Pacific Rim" apparait à l'écran. Woooow ! ^^

 

La suite des évènements est encore plus spectaculaire. Chaque affrontement gagne en spectaculaire (intensité et lieux et des combats, nombre de combattants).

 

 

La faiblesse des humains va être de croire que les Kaijus apparaissent par hasard et seuls. Grâce aux 2 talentueux scientifiques qui ont les passages les plus drôles avec celui

de Ron Pearlman, nous apprenons que les créatures sont organisés comme une armée et ont l'intention d'annexer la terre. Comme aux échecs, chaque monstre se classe par catégorie

en fonction de sa taille, ses compétences, son ancienneté. L'adaptation et la stratégie des Kaijus montrent leur intelligence, prouvant ainsi leur noir dessin. Enfin et nous l'apprenons après le &er acte de bravoure les politiciens vont lâcher la PPDC pour construire des murs défensifs autour des villes. La force armée va se retrouver en autarcie par la suite. Heureusement, les anciens se reformeront en créant une unité avec  4 Jaegers défendant les villes côtières du Pacifique. A commencer par Sydney et surtout Hong Kong.

 

Venons-en aux acteurs, peu connus : Tom Cruise a failli être pris pour le rôle de Staker mais le projet aurait pris une autre tournure. "Pour nous, la star, c'est le film" précise Jon Jashni. On peut dire qu'il y a 4 groupes de personnages dans les humains (ils fonctionnent en duo voir trio rappelant la solidarité du film) :

-le commandement et la base de contrôle

- La maintenance (exception faite pour ce groupe)

- les pilotes

- Les scientifiques

- Les trafiquants du marché noir

 

Génial dans Prometheus, le charismatique Idris Elba incarne le colonel Staker. L'acteur donne une magnifique performance à la fois homme dur et leader, mais aussi de manière plus

subtile compréhensif et sensible. Son bras droit incarné par Clifton Collins Jr est un contrôleur et en charge des opérations. L’acteur monumental dans 187 Code Meurtre, hilarant dans Les Anges de Boston 2 et dans plein de rôles joue son rôle avec beaucoup de retenue mais son look old school dans Pacific Rim rappelle les ingénieurs habillés à l’ancienne (un peu comme le Professeur Arturo). Le reste du casting comprend Charlie Hunnmam (brillant dans HOOLIGANS…), Rinko Kubachi (cute), Max Martini-Rob Kazinsky (duo touchant dans la relation père-fils), Charlie Day (énorme le fan de Kaijus et hilarant ; merci Shin pour la découverte de « It’s always sunny in Philadelphia ») et Burn Gorman (scientifique très british et matheux). Les joutes et la relation entre les 2 scientifiques est aussi très drôle.

Mais le rôle le plus fendard revient à M. Ron Pearlman. Il interprète Hannibal Chau (un trafiquant récupérant des organes et corps de Kaijus pour en faire le commerce). Son look rappelant la démarche des maques et de flambeurs. A la tête d’un empire invisible possédant sa propre armée, c’est le pourri de l’histoire mais il est tellement over the top qu’il mériterait un spin-off.

 

Notons enfin que les relations sont touchantes aussi. Tout comme le fait que pour piloter un robot il faut 2 personnes parfaitement connectés. La confiance et la solidarité étant à ce point crucial pour faire marcher le colosse. Ainsi pendant les combats les pilotes ressentent les coups portés et reçus. Ce qui augmente encore plus l’empathie. Ce que j’aime justement, c’est que la personnalité du robot se reflète dans celle des pilotes. Ils choisissent les options et le type de combats. Ce qui cèlera l’alliance entre Raneigh et la jolie Miko se passera tout d’abord sur le ring avec un combat au bâton que n’aurait pas renié un Corey Yuen dans un décor rappelant un certain tatami de Matrix.

 

A ce sujet les décors somptueux dont celui mur d’Alaska mais surtout celui du Shatterdome de Hong Kong (La ville est photographiée comme une mégalopole façon Blade Runner ou Dredd) est un plaisir des yeux. Reconverti en poste avancée pour les missions de défense, il sert à la fois base, dortoir, réapprovisionnement et d’entrainement.

Le réalisateur filmant chaque pièce comme si nous étions dans le vaisseau Sulaco. L’impression de grandeur est là. Autant à la surface que dans les profondeurs. La caméra magnifiant chaque détail. Souvent filmé en contre-plongée pour le hall.

Il faut noter aussi le soin apporté aux détails (la rouille…)

 PR_WonderCon_trailer_68.jpg

 

Les monstres aussi sont très réussis. Ils sont fort repoussants mais parce qu’ils font preuve d’intelligence on en arrive presque à les respecter. Je dis presque. Mais le must et c’est aussi pour cela que l’on va voir le film ce sont les combats entre Kaijus et Jaegers. Sur l’eau, sous l’eau, sur terre, dans le ciel, chaque affrontement surpasse le précédent en originalité et en destruction. Tout comme le fait que les combattants utilisent un bateau  ou des conteneurs comme arme. Efficace mais cela permet aussi de montrer la grandeur( le pendule à bille activée) et la puissance des coups.

 

Choix judicieux pour les monstres : tout comme les océans ne sont pas connus, l'homme pense à explorer ce monde pour les pulvériser.

 

 

Les superlatifs ne risquent pas de manquer pour ce film. Tout comme le plaisir procuré à la découverte du film. Certains l’avaient dit : on redevient un gosse jouant avec nos jouets. C’est ce qu’a réussi à retranscrire Guillermo Del Toro et son équipe. On ne peut que les féliciter.

On ressort du film avec la banane en en redemandant encore. Incroyable production designer, fx visuels (raaah la caméra Red Epic), effets sonores. On frôle la perfection ! Saluons aussi le boulot de Travis beachman qui a eu l’idée du film et en a écrit le scénario puis que le réalisateur a peaufiné et arrangé avec lui.

Tellement que j’ai craqué sur le livre « Pacific Rim : des hommes, des machines et des monstres » et sur la BO. L’univers est passionnant (décors, costumes, monstres…)

Prochaine mission : se procurer le comic parlant des évènements se déroulant avant le film et aussi découvrir le film en 3D.

 

Un grand film qui se savoure au cinéma. ^^ Merci M. Del Toro.

 

Sources : 

livre :Pacific Rim : Des hommes, des machines et des monstres

magazine : interview des membres de l’équipe du film dans l’Ecran Fantastique n°342 et 344.

 

 

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19509275&cfilm=191289.html 

Partager cet article

Repost 0
Published by Oreo33
commenter cet article

commentaires

Shin 28/08/2013 15:02

Je me joins à Vladdy pour te dire que c'est vraiment très agréable de te revoir dans la blogosphère, surtout pour un film tel que celui-ci (qui a su de redonner l'envie d'écrire ; et nous le
plaisir de te lire).

Il va de soit que je partage largement ton enthousiasme pour ce film (dont le spectacle en salles est de l'ordre du jamais vu) et que moi, aussi, je kifferais bien un petit spin-off sur Hannibal
Chau... ^^

Juste une petite précision, quand tu parles de l'unité avec 5 Jaegers, tu englobes le Coyote Tango piloté par Idris Elba ? Sauf erreur de compréhension de ma part (ce qui serait assez grave après
six visionnage en salles ^^), il n'est pas présent dans le Shatterdome de Hong-Kong et il me semble même que le Marshall Pentecost dit clairement qu'ils sont passé d'une cinquantaine à quatre
Jaegers...

Ah oui, dernière chose, tu mérites effectivement l’échafaud pour aimer un navet aussi naze que le Godzilla de Emmerich ! :-p

(à quand le billet ? ^^)

Oreo33 25/09/2013 20:17






Et plus de combats des jaegers chinois et russes, non ?


Oups, je voulais dire4 jaegers et non 5. Mea Culpa. 7 fois en salle tu veux dire ? je ne sais plus le nombre max.


Je note, tu seras le bourreau. Et Godzilla est un nanar. Et toc !


Ce genre d'échafaud ?


http://www.youtube.com/watch?v=nuGLXjy7-Nc


 



Oreo33 14/08/2013 15:45

En le revoyant j'ai pu aussi voir que les rapports entre les personnages sont plus subtils qu'il n'y parait (merci Shin).

Mr Vladdy 22/07/2013 18:53

Quel plaisir de te relire dans la blogosphère surtout avec cet excellent film à déguster en salles en effet :P

Oreo33 01/08/2013 10:40






Oui, revu en AieMax 3D dimanche dernier, c'est encore plus impressionnant. La version en IMAX s'imposait tout comme la 3D réussie pour les scènes avec les humains, les gros plans sur les kaijus
et jaegers, un peu moins visible dans les scènes sombres. Une 3D aussi bonne que TITANIC.



Présentation

  • : Oreo33
  •  Oreo33
  • : Un imbécile heureux !
  • Contact

Profil

  • Oreo33

Recherche