Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mai 2014 5 02 /05 /mai /2014 18:50

NeedforSpeed-Poster.jpg

 

 

Au vu du mastodonte franchisé Fast And Furious, la sortie du film de Scott Waugh aurait pu se révéler quasi-suicidaire. Pour autant ce long-métrage, adaptation du jeu vidéo du même nom, tente de se démarquer de son concurrent en privilégiant les cascades à l'ancienne (sans trucages numériques). Ainsi, les pensées sont un chouilla plus privilégiées que les actes. Les paysages sont magnifiés, les cadres et les plans lisibles, le rythme posé.

Purée une intro Shinienne ; enfin, j'essaie. ;-)

 

 

Résumé piqué sur allociné.

« Tobey Marshall et Dino Brewster partagent la passion des bolides et des courses, mais pas de la même façon… Parce qu’il a fait confiance à Dino, Tobey s’est retrouvé derrière les barreaux. Lorsqu’il sort enfin, il ne rêve que de vengeance. La course des courses, la De Leon – légendaire épreuve automobile clandestine – va lui en donner l’occasion. Mais pour courir, Tobey va devoir échapper aux flics qui lui collent aux roues, tout en évitant le chasseur de primes que Dino a lancé à ses trousses. Pas question de freiner… »

 

need-for-speed-dominic-cooper.jpg

 

Conscient d'être vite comparé à la poule aux œufs d'or de Fast And Furious, le réalisateur et son équipe ont privilégié le réalisme au "cinéma du chaos" de la célèbre franchise d'Universal. Le film commence d'abord par une présentation du personnage principal (interprété par Aaron Paul). Il travaille dans un garage en banlieue. On apprend que l'entreprise a des dettes et que l'affaire familiale est en difficulté (l'image du père et son héritage revient souvent dans le film). Ainsi, la participation à une course clandestine va lui permettre de toucher la cagnotte en gagnant les voitures et de se renflouer.

 

La première course se passe pendant la nuit. Superbement filmé et lisible, cette scène nous permet de découvrir l'équipe de Tobey ainsi que ses relations avec Dino.

 

Et les autres courses seront tout aussi superbement filmées dans des décors splendides et très immersives aussi. Un choix pertinent et judicieux, car le film veut absolument s'affranchir de la franchise de Neil Moritz, que ce soit par les courses poursuites, mais aussi le découpage des scènes.

Alors que Fast and Furious s'oriente de plus en plus en action pur (raah le 5ème et le 6ème volets jouissifs), ce qui d'un côté est mieux, la franchise faisant de la concurrence aux Expandables de Sly.

 

need-for-speed-michael-keaton.jpg


Scott Waugh, de son côté, préfère un tournage à l'ancienne. Comment s'y prendra t-il ? Tout d'abord, en rendant hommage aux célèbres films incluants des voitures et coureurs automobiles par des citations ou des clins-d'oeils subtils.

Il y aura même un clin d'oeil au bus de Speed (un film à revoir, tiens). Hommage soutenu à la Fureur de Vivre avec James Dean, à Point Limite Zéro de Richard Sarifian avec le personnage de Michael Keaton qui s'amuse comme un fou derrière le micro et son pc en grand manitou. Puis, juste avant la première course, il y a Bullitt qui est diffusé. Y aurait-il un peu de Sugarland Express aussi ?

Démarcation aussi : les scènes de poursuites se situent en périphérie, dans les grands espaces et non dans les villes (en grande majorité)

Autre point sensiblement différent des Rapides et Dangereux, le fait que le drame (la mort d'un membre de l'équipe entrainant l'emprisonnement et après la vengeance du personnage principal) reste toujours en toile du fond. Manière de rappeler que la route est toujours dangereuse. Ce danger permanent est souligné par le fait que Tobey est quasiment seul et se retrouve traqué par les polices d'Etat et un chasseur de primes entre New York et la course de Leon en Californie.

Il y aurait deux ambiances différentes. D'un côté, un road movie classique dans le forme, mais pas dans le fond, et de l'autre, des scènes de poursuites et des crashs spectaculaires avant et pendant la course finale.

Need for Speed n'oublie pas pour autant ses origines au jeu vidéo. Que ce soit par des effets d'accélération (moyens), la vue subjective (les mains au volant rappelant les différentes vues possibles lorsque l'on joue au jeu), le bruit du moteur et les différents véhicules (classes) et les circuits clandestins. Il y a même un joli clin-d'oeil au replay ou l'on peut mettre en scène sa poursuite (un peu à la manière de Drive)

 

E5DEA336B58D67F6C238F378B6A20.jpg

 

 

Pour autant, je trouve dommage que l'équipe du film et son professionnalisme rappelle ceux des Fast and Furious. Snif. Sans oublier le rythme : entre les poursuites, c'est un peu le passage à vide. On ressent de l'ennui. C'est dommage, car le film se démarque des films bourrins du cinéma du chaos mais en le rendant longuet au lieu qu'il en devienne passionnant ou jouissif.

CARS de Pixar était plus émouvant je trouve. :-(

 

 

Need for Speed reste un film atypique dans les films automobiles. Mi-figue, mi-raisin, ça reste une sacrée expérience au ciné ou les scènes de poursuites filmées sous tous les angles sont très immersives, l'humour bon enfant fonctionne (il y a même une scène olé à la « Au revoir président »).
Le casting est solide et semble à l'aise : Rami Malek, Dominic Cooper et même Imogen Poots (un peu relou au début).

Mais le gros atout (surtout pour la promo) demeure Aaron Paul. Tout juste sorti de la série Breaking Bad (faudrait que je la finisse un jour). L'acteur est crédible en pilote et parvient à montrer les tourmants et la rage de son personnage.

Film attachant mais bancal, Need for Speed a beaucoup misé sur l'adaptation , la ressemblance avec Fast and Furious et Aaron Paul mais semble mu pour une énergie rebelle un peu comme Gone in 60 seconds de Henry Blight Halicki.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Oreo33
commenter cet article

commentaires

Roggy 05/05/2014 20:43

Je ne pensais que c'était film était si bon. Je le voyais plus comme un succédané de "Torque" ou "Fast and Furious", surtout pour une adaptation d'un jeu vidéo. J'aime beaucoup "Point limite Zero"
par ailleurs.

Oreo33 14/05/2014 12:49



J'avoue que Torque. J'ai préféré éviter.   Il faudrait que je le vois Point Limite Zéro. Pas bien, je sais.



Shin 03/05/2014 13:23

Ce qui est amusant avec ce film c'est que, lorsqu'il fait du "Fast & Furious", il est presque meilleur que la franchise initié par Rob Cohen. Justin Lin a vraiment eu raison d'arrêter un peu le
côté courses poursuite de kékés pour axer la franchise vers l'actioner bourrin faster & louder ; domaine dans lequel elle a d'ailleurs peu de concurrents sérieux (hormis "Expendables" comme tu
le soulignes très justement).

Pour le reste, Aaron Paul est clairement l'atout de ce film. J'étais très content de revoir Mickael Keaton, mais son rôle n'est rien qu'un guest de luxe. La petite Imogen Poots est pas mal aussi
(je l'avais déjà bien aimé dans "28 semaines plus tard"). :-)

Oreo33 14/05/2014 12:49



Je suis bien de ton avis.


Oui, c'est même dommage pour Michael Keaton en cabotin. Même si c'est assez marrant. Ah oui, c'est vrai, je ne me souvenais plus pour Imogen Poots.



Mr Vladdy 03/05/2014 02:45

Un film d'action assez sympathique et plaisant bien qu'un peu long même si on ne s'ennuie pas. On nous vends une course finale de rêve, au final c'est tout ce qui se passe avant qui nous amuse mais
ça marche et c'est déjà ça surtout que ça semble assez proche du jeu vidéo d'origine. Son plus gros handicap, c'est surtout qu'il sors après "Fast and Furious"...

Oreo33 14/05/2014 12:43



Oui, c'est même que le film est presque calme et semble à part. Comme si il avait été tourné de manière différente. Je te croie. Je ne me souviens plus trop du jeu vidéo. 


Après le film est différent de Fast and Furious même si les films de la franchise lui ont donné un coup de pouce.



Présentation

  • : Oreo33
  •  Oreo33
  • : Un imbécile heureux !
  • Contact

Profil

  • Oreo33

Recherche