Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 janvier 2014 1 06 /01 /janvier /2014 00:21

Affiche-Elysium.jpg

 

 

2013 une année solide pour la SF : OBLIVION, LES CHRONIQUES DE RIDDICK, STAR TREK INTO DARKNESS mais surtout PACIFIC RIM, GRAVITY (dont l'attente et le buzz mais surtout le résultat sur grand écran auront suscité pas mal de débats, Mais le maestro vous en parlera beaucoup mieux que ma pomme. ;-) =. Sans oublier bien sûr dans une moindre mesure le maladroit AFTER EARTH, puis le génial SNOWPIERCER !!! En bien sûr ELYSIUM sorti mi-août en France. Le second long de Neill Blomkamp.

 

Thématiques passionnantes, direction artistique bluffante et ce souci d'authenticité de et de réalisme qui faisait le charme du précédent long du cinéaste. Pourtant en sortant de la salle tu as l'impression que le film manque de peps; du moins à la première vision. D'un côté le film est impressionnant, de l'autre le manque d'empathie et le fait de ne pas toujours comprendre leur motivation fait que le film déçoit légèrement. Sans compter qu'il est un chouilla plus calme que le précédent. Mais plus badass ça c'est sûr.

Le principal défaut d'Elysium c'est de rendre les personnages moins attachants que ceux de District 9. Dans ce dernier nous nous soucions du parcours, des déboires et l'état mental du héros Wikus Van de Merwe. C'est le manque d'empathie qui dessert le film. Snif. Mais le film est une réussite à tout point de vue. Il regorge d'hommages et de clin d'oeils aux maitres James Cameron, Paul Verhoeven, George Miller mais aussi à beaucoup films de S.F. (Wall E, Soleil Vert...) ou aux post-nuke U.S., italiens et philippins. ^^

 

Tout en proposant une vision du futur aussi réaliste que glaçiale.

 

 

 Résumé piqué sur l'art-book :

 

"Elysium se déroule en 2159, alors que Los Angeles n'est plus qu'un immense bidonville, et que les super-nantis, les élites toutes puissantes, jouissant du luxe absolu d'une colonie spatiale privée en orbité autour de la Terre. Matt Damon y incarne Max, un orphelin habitant les favelas. C'est un ancien membre d'un gang devenu ouvrier qui a passé son existence à rêver de pouvoir se payer un billet pour Elysium. Quand un accident industriel à l'usine de robots qui l'emploie l'expose à une dose mortelle de radiations. Max s'embarque alors dans une quête désespérée et pleine de dangers pour rejoindre Elysium par nimporte quel moyen."

 

 

elysium-sharlto-copley-and-alice-braga.jpg

 


 

Il y a 4 ans sortait District 9. Un gros coup de coeur pour ce film généreux, aux thématiques intéressantes, à la mise en scène soignée mais surtout avec un point de vue. Tellement aimé que je suis retourné le voir une deuxième fois puis une troisième fois au cinéma plein air de la Villette. Avec le producteur PJ en caution garantie et permettant aux équipes de Weta Workshop et Weta Digital de nouvelles prouesses, Neil Bloomkampf nous offrait un film de S.F très réaliste. Il a réussi à combiner un style documentaire (caméra à l'épaule, caméras de surveillance, caméras embarqués sur des engins) et un style cinématographique grâce à la caméra Red One. Un montage ultra réussi fait que ces 2 styles passent superbement à l'écran sans qu'aucun prenne le dessus sur l'autre. Mieux ils se confondaient.

 

 

La terre vue du ciel

 

 

Bénéficiant d'un budget 3 fois supérieur à son précédent film, le réalisateur et son équipe en ont profité pour offrir 2 mondes diamétralement différents. D'un côté les pauvres et de l'autre les riches. Une vision montrant les inégalités sur la Terre. Mais plus que tout, on sent le cinéaste passionné par les armes, les robots, les décors, les véhicules.  

"Alive In Joburg", les pubs (dont celle de Citroën...) District 9 et maintenant Elysium montrent aussi une parfaite intégration des effets visuels dans le film.

 

"On dit souvent que le cinéma est la combinaison de tous les arts. On mélange la musique, le théâtre, les arts graphiques et l'écriture, et on crée un amalgame de toutes ces choses. Pour moi, l'aspect graphique et visuel de ce processus est ce qui est le plus agréable. Je prends un plaisir fou à travailler sur les designs et sur tout l'aspect graphique de ce qui va apparaître dans le film : Les décors, les costumes, les accessoires, la cinématographie..."

Et le résultat est bluffant encore une fois.

 

 

800px-Elysium_trailer_sub.jpg

 

 

Le souhait du cinéaste était de montrer 2 mondes opposés."Le contraste est donc un élément primordial du film, parce que je voulais montrer la Terre et ELUSYM. De même qu'une certain point de vue revient dans le film : celui du regard des nantis et mercenaires sur celui des terriens. En effet comment ne pas voir la condescendance des riches sur les pauvres. Au mieux ignorés (les habitants d'Elysium), au pire considérés comme des esclaves (le patron et les dirigeants d'Elysium) ou des numéros voir même des animaux (les mercenaires).

Ironiquement, les travailleurs terriens construisent des robots chargés de les contrôler, les surveiller... Comme pendant cette sèquence pendant laquelle Max doit discuter avec son contrôleur qui n'est autre qu'une pantin en résine. On sent la déshumanisation des services à la personne dans ce cas. Ce qui risque d'arriver dans peu de temps.

Comment de ne pas voir aussi la main mise des entreprises privées (Amardyne et les mercenaires) travaillant sur la sécurité, l'armement avec les administrations publiques : les révélations des contrats de défense pendant la présidence de G. Bush).

 

 

 

Les riches vivant toujours en haut alors que les pauvres vivent sur la Terre en bas. Les riches prenant toujours de haut les pauvres habitants qui pourtant leur rende services comme Max travaillant dans une usine qui fournit des robots utiles à la sécurité sur Terre et sur Elysium.

 

 

 

800px-Elysium2013Beretta93R

 

 

 

Elysium Eden factice

 

Le fossé entre nantis et terriens se fait sentir dans le mode de vie : les puissants minoritaires déteignent le pouvoir alors que les pauvres en grande majorité vivent dans des ghettos d'anciennes grandes villes. Situé l'histoire à Los Angeles ne manque pas d'intérêt. La ville large et longue rappelant le début foudroyant de Wall E avec les villes abandonnées. L'équipe du film choisit Mexico et ses alentours pour donner vision à un Los Angeles futuriste. L'insécurité, la crasse, l'immigration, les gangs, la surpopulation, l'exode rurale, la ... Tous ces thèmes renvoient à l'actualité. Plus encore, les détails sont bluffants de réalisme et tout à fait saisissants (les vaisseaux, les tags, les véhicules, les armes...)

 

A contrario, la vie sur Elysium ferait plus penser aux villas luxueuses et sécurisées de Beverly Hills, de Bel Air ou des quartiers huppés des grandes villes Pour donner vie à ce havre de paix le concepteur Syd Mead fût engagé. Une opportunité pour Neil Bloompkamf de réaliser son rêve de travailler avec la légende.

 

Ainsi on peut voir la démesure des villas mais aussi de la salle de contrôle. Sans compter la station Elysium vu de l'extérieur. Il ya des étangs, des arbres. Tout y calme, propre. La différence se retrouve aussi dans la mise en image entre la station et la Terre. Les plans sont plus posés, plus longs voir calmes et contemplatifs. A contrario, le chaos et l’apocalypse sur la Terre est montré avec des plans plus courts et une caméra légèrement tremblotante.

 

 

Le Messie

 

Afin de donner vision à cette figure christique le réalisateur choisit Matt Damon. Choix idéal et rassurant (Ninja, un rappeur sud-africain d’abord puis Eminem furent envisagés, mais le rappeur / acteur américain voulait tourner à Detroit). Autre point important à souligner le tournage devait avoir lieu à Rio de Janeiro. Rien à voir avec le Christ de la ville. » Bien qu'il existe d'immenses écarts de richesse à Rio et au Brésil, il s'agit malgré tout d'une économie considérée comme émergente, relativement pauvre. Donc, si on prend le Brésil comme cadre terrestre, l'impact sur le public des pays industrialisés est amoindri, parce que le Brésil est déjà comme ça. »

 

Néanmoins, l'idée de faire de LA une favela restera dans les la conception de la ville. 

 

C'est donc Mexico qui sera choisi comme principal lieu de tournage. Un choix judicieux notamment pour la proximité et la similarité avec Los Angeles. Autre choix pertinent la langue aussi.

Pour le casting la production engagera Matt Damon qui subira un s'entrainera pendant plusieurs mois. La carrure de l’acteur est vraiment réussie. Tout comme le look des personnages secondaires. Mais cela ne fait pas forcément des personnages attachants. C’est là le défaut du film. Kruger le mercenaire sud-africain (logo du pays sur le vaisseau) a une classe immense. Sharlto Copley est méconnaissable et ultra badass. Son personnage est l’opposé de Wikus Van der Werve. Interprétant un mercenaire sud-africain, il fait preuve d'une cruauté et d'une violence rare. Il est l'agent à qui on confie les missions noires. Ce qui n'empêche pas l'homme de se montrer très cruel (usant de son sabre, et la scène ou tel un présentateur sadique il compare le personnage de Alice Braga et sa mère à des animaux).

 

A noter l'hommage sincère aux grands films que sont MAD MAX 2 (la crête des mercernaires), la mitrailleuse, la caméra embarqué (pour les voleurs au moment de l'assaut), l'exosquelette (sauf qu'ici par rapport au TERMINATOR il est à l'extérieur de la peau, le final avec Kruger marchant comme le T800), la résurrection (ROBOCOP)...

 

 

1397850_233998470100846_443232399_o.jpg

 

 

Après son accident Max ancien voleur doué devenu ouvrier anonyme subira une opération pour faire un dernier coup et rembourser sa dette vis-à-vis de Spider et émigrer vers Elysium. Afin d’accomplir sa mission, Spider et son équipe vont lui implanter un exosquelette. L’opération sera fait en amateur avec un résultat inédit. Max devenant un surhomme : être hybride entre l’humain et les robots d’Armadyne. Peu à peu Max d'abord solitaire et égoïste va devenir malgré lui un héros symbole d'espoir et de danger. Chacune des parties voulant soit l'aider, ou l'éliminer.

 

 

 

ELYSIUM arrive justement à être passionnant sur de nombreux points (vu 2 fois au ciné). Que ce soit sur l'inagalité, la vision pessimiste du futur, la technologie et son usage, le choix des armes...

 

C'est juste dommage que les actions des personnages ne soient pas claires par moment, voir les raccourcis (le coup d'état, le retournement du personnage Spider, ou celui sacrifié de Jodie Foster). Alors que toutes les actrices et acteurs incarnent de manières crédibles et savoureuses leur personnages respectifs. Même si, ici l'action se fait plus calme que District 9 qui allait crescendo et l'utilisation de plusieurs points de vue sur les caméras n'est pas toujours justifié, le film demeure un excellent métrage de S.F. Vivement le blu-ray et ses bonus. ;-)

 

 

Sources : Art-book  Elysium l'univers du film

 

Liens

 

http://www.itsbetteruphere.com/

 

 

BA

 

http://www.youtube.com/watch?v=niGn3vaU60E

Partager cet article

Repost 0
Published by Oreo33
commenter cet article

commentaires

Mr Vladdy 18/01/2014 23:14

Ouep en beurré ;)

Oreo33 20/01/2014 23:46



Bien joué ! Tu l'as revu ?



Mr Vladdy 15/01/2014 20:41

Ca sera fait j'attends juste que le blu-ray baisse ou que l'envie de voir ce film se fait fortement ressentir mais je l'aurais un jour, je l'aurais ;)

Oreo33 18/01/2014 00:30



. Tu as District 9 ?



Mr Vladdy 08/01/2014 10:48

Un plaisir de revenir par ici avec en plus un billet très intéressant sur un film que j'ai beaucoup aimé. Je lui préfère quand même "District 9" car j'ai trouvé le scénario plus intense et les
scènes moins brouillone mais ce "Elysium" reste quand même très bon. Le blu-ray étant sorti, je compulserai sans doute bientôt ;)

Oreo33 15/01/2014 12:40



Salut Vlad,


Tu as raison pour District 9. ;-)


Mieux travaillé. Compulse sur ELYSIUM. ;-)



Présentation

  • : Oreo33
  •  Oreo33
  • : Un imbécile heureux !
  • Contact

Profil

  • Oreo33

Recherche