Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 janvier 2009 5 30 /01 /janvier /2009 11:26


 

Avec ce film le cinoche britannique prouve encore une fois qu'il en a encore dans le pantalon sans faire dans la prétention.

OUTPOST s'inscrit dans la lignée des films comme THE BUNKER, DOG SOLDIERS et LA TRANCHEE (toutes des productions britanniques) : des films à petit budget mais réalisés avec passion pour un résultat efficace.


Résumé piqué sur devildead


"Dans un pays d’Europe de l’Est, un mystérieux commanditaire engage une équipe de mercenaires pour se rendre dans une zone où de nombreux affrontements armés ont lieu. Après un voyage tranquille, la petite équipe arrive à un vieux bunker laissé à l’abandon depuis de nombreuses années. Mais l’endroit ne va pas tarder à révéler de terribles secrets concernant d’horribles expériences contre nature… "




OUTPOST est le 1er film du cinéaste Steve Barker. Mais le film doit son greenlight non pas au réal mais aux producteurs écossais Arabella Croft et Kieran Parker (mariés 2 enfants) pour faire court. Ayant travaillé pendant plusieurs années dans le ciné; le couple décida de passer un cap supérieur en produisant leur premier long-métrage. Pour cela ils créèrent leur compagnie de production « Black Camel Pictures ». Mais obtenir un financement sur un 1er film qui plus est de genre n'est pas facile même en Grande-Bretagne. Pour cela il faut avoir un scénariste qui puisse signer un script et ainsi vendre ce film; c'est là que K. Parker développera l'histoire avec Rae Brunton qu'il décrit comme PLATOON rencontre SIXIEME SENS. Une fois l'histoire terminée et le scénar quasiment terminé le couple aura une bonne idée pour obtenir le financement du film : le pré-vendre aux marchés des films grâce à des flyers. Une solution tout à fait judicieuse mais insuffisante pour les 2 producteurs qui devront hypothéquer leur maison.


Le tournage débute en janvier 2007 et bien que l'histoire se situe en Europe de l'Est l'équipe tournera dans les environs de Glasgow ainsi que dans une usine de munitions. Et malgré un léger défaut au moment de la rencontre entre DC et Hunt (via un plan montrant un des mercenaires à un comptoir de pub avec des marques de bières et de cidres irlandaises et britanniques) le film se finira dans les temps. Un bon point pour les producteurs qui vont pouvoir souffler puisque Sony Pictures (après la diffusion sur internet destiné aux professionnels en février 2008) se montrera intéresser par le film et l'achètera 1.2 £. La firme décidera d'éditer ce film en DVD pour le marché américain. Une solution certes moins risqué (le film n'est pas un PG 13 ) mais au regard de la qualité visuel et de suspense du film une diffusion ciné aurait été plus pertinente. Fort heureusement le film remporte des critiques élogieuses et un succés commercial. Ce qui permettra au distributeur, plus confiant de diffuser le film au festival de Dumfries puis pour une sortie nationale au Royaume-Uni le 3 mai 2008.






En France le dvd est sorti chez M6 Vidéo le 14 janvier avec le même visuel que l'affiche. Bon accueil critique du film pour les revues Mad Movies et L'Ecran Fantastique.


Oublions le bourrinage jouissif du FPS WOLFENSTEIN ou les affrontements épico-religieux du comic-book SUR LA TERRE COMME AU CIEL (quoique je ne dirais pas non de découvrir une adaptation sur grand écran): le film de S. Barker semble correspondre au schéma film de commando qui passe au film de terreur et fantastique. Un pitch rappelant celui (que j'ai honte de ne pas avoir vu) de LA FORTERESSE NOIRE de Michael Mann qui joue encore les arlésiennes en dvd alors que la plupart des films du cinéaste (producteur et réalisateur) ont été édités en dvd.

Pourtant il semble qu'il y ait eu pas mal de films jouant sur le zombie nazi dans les productions européennes des 30 dernières années. Mais par ignorance et la peur d'être déçu (quoique l'affiche de SHOKING WAVES me fera dire le contraire); je passerais mon chemin (pour le moment !).


La faculté d'OUTPOST de passer du film réaliste à un fantastique n'est pas s'en rappeler le PREDATOR (attention pour 1h12 et 33s !) de John Mc Tiernan : au fur et à mesure que les hommes meurent les survivants comprennent qu'un ennemi supérieur les tue un par un. Mais dans OUTPOST les meurtres semblent plus proches de l'ambiance de LA TRANCHEE; un ennemi invisible apparaissant comme un fantôme avec de la fumée comme le FOG de John Carpenter (que j'ai honte de ne pas avoir encore vu). La différence avec ces films guerriers (pas FOG hein ?) est que le groupe est composé de mercenaires; une profession très critiquée mais nécessaire pour aller dans le no man's land du film.


Le film distille dés le départ une ambiance pesante appuyée par le musique rappelant celle d'Alexandre Desplat sur NID DE GUEPES tout en montrant un groupe hétérogène vis à vis de leur origines (ce sont des anciens commandos ou soldats venant de pays différents) et de leur équipements (uniforme, béret, arme) ce qui permet de bien voir les personnalités de chaque homme sans verser dans le dialogue pompeux.


Ainsi les premiers signes étrangers viennent de la radio de l'opérateur et des écouteurs de chacun qui se met à grésiller (avec un son strident désagréable comme si meute d'aliens approchaient). De plus le chef se doute des intentions (quand les mercenaires investissent le toit du bunker) que le commanditaire n'est pas un géologue. Cet homme mystérieux qui se doute du secret de cet endroit révélera peu à peu son identité mais aussi pourquoi cet endroit est capital pour lui et ses supérieurs. A ce propos son look est réussi : du Richard Burton-like dans QUAND LES AIGLES ATTAQUENT.






Une fois le périmètre du bunker investi, les hommes se mettent à investir le bunker sous-terrain avec leur lampe tel le héros de SILENT HILL dans le jeu vidéo (plus flippant que ça tu meurs). Peu à peu les mercenaires découvrent un survivant, probablement d'un génocide et le fait que ce bunker appartenait aux SS pendant la seconde guerre mondiale. Le développement de l'histoire est bien structuré puisque le groupe décide de rester dans le bunker suite à une fusillade qui a blessé l'opérateur radio.

Par contre la menace monte en crescendo, les zombies apparaissant et disparaissant comme si c'était une hallucination. Une séquence flippante voit l'homme civil enfermé dans la pièce avec la machine ou par derrière il entend le souffle rauque d'un zombie brrr.

L'explication plausible viendra de la découverte de la machine ou Hunt explique aux hommes que la théorie des champs unifiés a été découvert et utilisé par les nazis dans le but de gagner la guerre et de dominer le monde. Comment ? En rendant les soldats immortels et réagissant aux ondulations et aux présences humaines dans le secteur. Signe heureusement que cette machine n'était pas opérationnelle. On finira par apprendre que la présence des soldats dans ce bunker va réveiller les zombies qui vont tuer un par un tous les mercenaires. Des meurtres que les zombies nazis effectuent avec des pioches, en enfonçant des balles dans le crane, au couteau... Enfin les moments bien jouissifs mais effrayants sont les gunfights entre les mercenaires et les zombies qui ne tombent pas sous les balles (cela ne fait que les ralentir). Les hommes comprennent qu'il auraient peu de chances de s'en tirer et que s'enfuir sera inutile.


Les autres qualités du film reposent aussi sur les costumes et les comédiens (crédibles en mercenaires mais aussi pour leur gestes du à un entraînement militaire les rendant réalistes). Les costumes SS de l'officier (sacrément inquiétant) et des soldats est très réussi. A ce sujet il faut souligner le gros boulot sur la réalisation (le fait de ne pas trop montrer le visage des zombies les rend plus inquiétant et fait que par moment dans l'ombre ils peuvent faire penser aux assaillants de l'ASSAUT de John Carpenter. Joli boulot sur l'animé propagandiste et le film amateur tourné pour les expériences pendant la seconde guerre mondiale.

Mais revenons au casting avec un Ray Stevenson en leader charismatique (une vrai gueule vivement le PUNISHER WAR ZONE) ainsi que Michael Smiley (Tyres dans SPACED). Le reste du casting comporte aussi de belles gueules comme Richard Brake. Au passage il faut souligner une VF de qualité avec :


  • Marc Alfos (Russel Crowe dans GLADIATOR, Clancy Brown dans STARSHIP TROOPERS, Graham Greene dans UNE JOURNEE EN ENFER, Sean Pertwee dans DOG SOLDIERS mais surtout le sergent dans les 2 TOY STORY; sans compter sa participation à des jeux vidéos).


  • Hervé Jolly (Alec Baldwin dans A LA POURSUITE D'OCTOBRE ROUGE, THE SHADOW; JCVD dans CHASSE A L'HOMME, TIMECOP)


- Patrick Poivey (euh besoin de références ?)


Répliques (VF)


  • « Pourquoi on n'a plus de signal ? »

  • « Parce que ce truc a été conçu avant que les arbres existent. »


  • « Tu serais intelligent si t'étais pas aussi con. On te l'a jamais dit ?


  • « Ouais ma petite chatte t'as le doigt un peu trop nerveux sur la détente. Faut te calmer. »


  • « Jordan, Mac ! J'ai besoin de vous ! »

  • « C'est 15 jours à tire-voilà qu'il me faudrait. »

  • « C'est vrai qu'on se croirait dans un abattoir. C'est le seul qui respirait encore. »

  • «  Merde ! Vous en savez autant que moi. »

  • « Et qu'est-ce que ça fait de vous ? Une espèce de touriste de merde ? »


  • « On peut dire ce qu'on veut des nazis mais ils avaient du style. »


  • « ça devait faire 48 heures qu'il avait dit. »

  • « T'avais mieux à faire que venir ici ? »


  • « C'est à cause de ces conneries que j'ai quitté les marines. »

  • « T'as trouvé un bon filon ? »

  • « J'ai même pas trouvé un boîte d'allumettes. »


  • « Je parie que si elle était dans ton lit, t'irais pas couché dans la baignoire. »


  • «  C'est une 9 mm à pointe creuse. Ce genre de dragées, ça t'enfonce les poumons dans la colonne vertébrale. Ça te fait un trou suffisamment grand pour sauter dedans. »





  • « Tôt ou tard tu vas parler Gunther. Et c'est à moi que tu vas parler. »


  • « Qu'est-ce qu'il y a ? On dirait que je viens de niquer ta soeur ?

     

  • « Quoi ? Tu crois vraiment à toutes ces conneries, qu'il y aurait soit disant une vie après ? »

  • « Je sais que l'âme d'un homme mérite de reposer en paix. »

  • « On a renoncé à ce droit quand on a commencé à tuer des hommes qui croyaient en des choses... pour de l'argent. »

  • « C'est bien vrai. »

  • « Oui mais pour l'instant j'ai des factures à payer dans le monde terrestre. »


  • « Là, je sens que je vais faire dans mon froc. »


  • « Tu sais quel est le truc qu'ils t'apprennent pas à l'entraînement ? La situation a beau être dramatique, on a toujours le temps de se fumer un joint. »







OUTPOST fait partie de ces films humbles mais efficaces remplissant leur contrat parfaitement comme THE CREEP. C'est un film de suspense avec des couloirs qui réservent quelques séquences de flip. Le succés de ce long-métrage permettra au couple Arabella Croft et Kieran Parker de se faire une réputation dans le milieu. Actuellement ils seraient en projet pour faire une suite intitulé OUTPOST 2 : THE RED ZONE (des zombies de l'armée rouge ?) et un thriller d'action BREATHE. Vivement !




Trailer

Partager cet article

Repost 0
Published by Oreo33
commenter cet article

commentaires

MrPark 07/03/2009 17:54

Ben voui j'ai le bouquin, je te l'avais conseillé il y a pas mal de temps. Tu te l'es pris ?

Oreo33 21/10/2010 14:50



Bien sûr ! Lu et rerelu ! Bien que de l'oeuvre de M. Mann, il me reste "trop beaucoup" de films à découvrir.



MrPark 15/02/2009 08:42

Bon j'ai regardé Outpost hier soir et effectivement c'est un petit film bien sympa et très soigné, bien que très prévisible. Sinon pour les Mann, les seuls que je n'ai pas réussi à me procurer en DVD sont donc The Keep (mais que j'ai vu mouhahaha) et son premier film, ou plutôt téléfilm si je ne m'abuse, The Jericho Mile (Comme Un Homme Libre en français) qui est d'ailleurs le seul que je n'ai pas vu (histoire de bien te foutre les nerfs lol).

Oreo33 07/03/2009 17:52


OUTPOST (content que tu es aimé) est un très bon film qui tient ses promesses par son ambiance et cette fin pessimiste. Je ne m'y attendais pas. Maintenant j'éspère un affrontement aussi
jouissif que hardcore pour DEAD SNOW. Prévisible tu parlais de la fin de OUTPOST ?

Oui j'ai les nerfs (merci). Donc tu as le bouquin sur M. Mann aux éditions Taschen ?


MrPark 09/02/2009 18:49

Bon tu m'as donné envie de le voir, même si je sais pertinemment que ça ne sera pas du niveau de The Keep (Mann's Rules). En tout cas regarde The Good, The Bad, The Weird il est excellent.

Oreo33 14/02/2009 12:12


Slt. Oui mais tu as vu The Keep ! Et je suis jaloux. J'ai vu LE BON LA BRUTE LE CINGLE et j'ai adoré (dans le sens pur
plaisir jouissif) même si certaines scènes de gunfights sont moins bien découpées et par moment illisibles, je préfère les plans ou la caméra glisse. Du beau cinéma référentiel et un plaisir pour
les yeux. Bon sang cette poursuite !


Présentation

  • : Oreo33
  •  Oreo33
  • : Un imbécile heureux !
  • Contact

Profil

  • Oreo33

Recherche