Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juin 2008 1 16 /06 /juin /2008 21:22


La fin des 80’s pourrait être considérée comme l’apogée du buddy movie old school. Avant que les des réal plus jeunes reprennent le genre au cours des 90’s (Michael Bay, Brett Ratner,...).

Une des forces de ces films est la possibilité d’offrir aux spectateurs des suites (48 HEURES, BAD BOYS, RUSH HOUR) qui misent sur le concept « bigger and louder ». De 1988 à 1991 bcp de ses films sortiront au cinéma. Les studios voulaient rentabiliser sur le concept comique-action de 48 HEURES mais offrir aussi une étude des personnages intéressants (principalement les scénar. De Shane Black). Et le trio « demolition men » : Bruce Willis, Sylvester Stallone, Arnold Scharwzenegger auront chacun une prestation dans un buddy movie.

Sly pour TANGO ET CASH en 1989 avec Kurt Russel (une coupe de cheveux grandiose)

Brice Willous (merci Mozinor) pour LE DERNIER SAMARITAIN en 1991 avec Damon Wayans.

Arnie  dans DOUBLE DETENTE (la loi Miranda !) en 1988 avec James Belushi.

 

 

Mais revenons à nos moutons ; L’ARME FATALE 2 se distingue sensiblement du 1er volet en apportant plus d’humour et de comique de situation grâce à l’arrivée d’un personnnage ok ok ok : Leo Getz.

De plus il possède toujours ce côté noir : le film se termine comme une vengeance.

 

Résumé

 

Martin Riggs (Mel Gibson) et Roger Murtaugh (Danny Glover) sont maintenant partenaires. Riggs fait maintenant parti de la famille de Roger.

Après une double course poursuite spectaculaire les 2 policiers vont mettre la main sur une affaire de drogue impliquant le consulat d’Afrique du Sud de Los Angeles. Ils seront aidés par un indic très ok ok Leo Getz (Joe Pesci).

 

Warner Bros très satisfaite du succès critique mais surtout public (près de 100 Millions $) du 1er volet demandera aux producteurs une suite.

Richard Donner n’était pas très chaud pour réaliser cette suite : « Bien que je n’ai jamais été contre une suite à L’ARME FATALE, je voulais au début juste produite cette suiteavec Joel Silver. Ce qui s’est passé nous nous sommes de plus en plus impliqués sur la préparation du film, et nous avions un excellent script de Jeffrey Boam. Je me suis de plus en plus attachés à ces personnages, les acteurs et même l’équipe au point que je ne voulais personne d’autre pour le réaliser. »

Côté scénar justement il y aura quelques changements. Shane Black est crédité pour l’histoire mais pas pour le script. L’une des raisons étant que Riggs devait mourir à la fin de ce film (la Warner souhaitait faire des suites). Le scénariste regrettera ce changement et ne participera pas aux autres volets.

Quoiqu’il en soit le réal/ producteur et Joel Silver feront appel à la même équipe pour ce second volet : Michael Riva (Production Designer), Stephen Goldblatt (directeur de la photgraphie), Stuart Baird (éditeur), Marion Dougherty (casting). Du côté des cascades on retrouve Mic Rodgers et Charles Picerni en duo. Ce dernier a participé a pas mal de prod silveriennes comme DIE HARD 2 (la moto neige qui saute au dessus du camion).

 

Côté casting on a droit aussi à du lourd surtout pour les acteurs incarnant les diplomates sud-africains : 3 acteurs d’origines britanniques et irlandaises.

Joss Ackland (le redoudable Arjen Rudd), Derrick O’ Connor (Peter Vorstdet), Patsy Kensit (très jolie Rika Van Der Hass).

Côté flics on retrouve Steve Kahan dans le même rôle du Capitaine ainsi que Marie Ellen Trainor pour la psy. Mais c’est surtout dans les 2nds rôles qu’on a droit aux réjouissances : Jenette Goldstein (Shapiro) qui joua Vasquez dans ALIENS, LE RETOUR (merci imdb je l’ai pas reconnu) et la mère de John dans T2 ; Dean Norris (Cavanaugh) présent en leader SWAT dans T2 (celui qui découvre la bombe avant que l’immeuble explose) mais il était géant dans le rôle de Tony dans TOTAL RECALL ; Grand L. Bush (Collins) qui joue l’un des agents Johnson dans DIE HARD, agent de la DEA dans PERMIS DE TUER mais surtout il joue le jeune Zack Lamb (le pilote d’hélico) dans DEMILITION MAN sans oublier son rôle de Balrog dans STREET FIGHTER. Et puis c’est lui qui presentait Roger à Riggs dans le 1er volet. Enfin Nestor Serrano (Esteban) présent en tant que policier Sanchez dans BAD BOYS.

 

 

 

 

 

 

Pour la famille de Roger les mêmes acteurs reviennent. Mais l’élément intéressant est Joe Pesci (Leo Getz) qui interprète l’indic bavard, gaffeur dans ce film.

 

La prod négocie un budget de 20 millions de $ : majoritairement utilisé pour les cascades. Petite parenthèse pour parler de la destruction de la maison sur pilotis. Au moment de la lecture du scénar Richard Donner penserait que cette séquence serait impossible à réaliser. Mais aidés par Joel Silver, Mike Riva et Matt Sweeney (directeur des effets spéciaux), le quator se mirent à préparer la séquence pendant des mois. La première idée était de faire une miniature mais le réal était contre, il voulait un côté réaliste. La seule solution possible était de dupliquer la maison et de la détruire.

La maison qui existe réellement à Los Angeles fût dupliqué 2 fois. Une première fût construite sur un plateau des studios Burbank ou un système hydraulique permettait de faire trembler et bouger la maison avec les acteurs à l’intérieur. Le deuxième modèle fût construit à Newhall (à environ 32 km au nord de LA). Puis Joe Pesci, Danny Glover et Mel Gibson furent placés à un endroit stratégique près de la maison.

9 caméras seront nécessaires pour filmer cette séquence très explosive qui laisse éclater la rage de Riggs.

 

Enfin la musique rassemble toujours Eric Clapton, Mikael Kamen avec sur ce volet David Sanborn. Intéressant aussi pour les precussions utilisés pour décrire les diplomates sud-africains et aussi pour le combat final.

A noter aussi le superbe morceau CHEER DOWN de George Harrison sur le générique de fin.

 

Retour d’un duo de choc

 

L’affiche du film (en couleur) annonce clairement l’ambiance du film : les 2 policiers sont côte à côte, on aperçoit le flingue de Riggs à la différence de la 1ère qui montrait celle de Roger Murtaugh.

On voit bien l’évolution par rapport au 1er volet. Riggs n’est plus suicidaire. Il a fait le deuil de sa femme (à la fin du 1er film) et fait maintenant parti de la famille de Roger. Il lave même son linge chez eux. On voit aussi qu’il s’habille mieux, il fait moins négligé mais a toujours ses santiags, son jean mais une meilleure coupe de cheveux.

De son côté on découvre un Roger très papa poule surtout envers sa fille Ryan. Néanmoins ce volet aurait encore des connot homo mais c’est vraiment chercher une aiguille dans une botte de foin. Comme la fin ou Riggs est sur les genoux de Roger ou encore pendant tout le film ou l’on voit le duo se chamaillait comme un vieux couple (Riggs est l’homme prêt à partir sur tous les coups, Roger préfère la prudence féminime). Hé attention ce ne sont que des suppositions (manquerait plus que je me mette à dos tout le monde. Mais bon l’affiche est ambiguë, non ? On dirait que Roger a son bras autour de Riggs. Boh j’arrête.

Dans leur enquète ils seront aidés par Leo Getz (grandiose Joe Pesci) qui rêve de devenir policier. Tant est si bien que L’ARME FATALE 2 contient moins d’humour noir que le 1er mais plus un comique de situation comme les 3 STOOGES souvent référé dans la tétralogie.

 

 

 

 

 

End Of Apartheid

 

Engagé politiquement L’ARME FATALE 2 est un plaidoyer contre l’Apartheid en Afrique du Sud. Même dans le 1er on voyait un autocollant sur le frigo de Roger « End of Apartheid ». Et bien ici lieu de l’intrigue les policiers font face à des diplomates sans scrupules se servant de leur immunité pour le trafic de drogue.

On voit bien aussi que les méchants particulièrement féroces ne reculent devant rien pour que les policiers arrêtent leur enquêtes : introduction dans le domicile de Roger, Bombe sous les WC, assaut sur la maison de Riggs..). A ce sujet la perf de Joss Ackland est excellente (on le déteste).

A noter aussi les moments ou Riggs se déboite l’épaule (action qui reviendra dans le 3ème et 4ème volet).

 

Mais alors que vaut L’ARME FATALE 2 ? Le film se révèle sacrément efficace en termes d’actions (la double poursuite ou débute le film, la poursuite avec la dépanneuse qui se termine par une planche de surf dans le pare-brise, le final similaire à DIE HARD 3 selon Meea, il a pas tort….). Et ponctué d’humour (la bombe sous le siège des toilettes, Leo, la voiture familiale qui finit en piteux état). Il est intéressant aussi parce qu’il montre davantage les collègues de Riggs et Murtaugh ainsi que le commissariat

Il y a aussi quelques clins_d’oeils savoureux ou juste avant que passe la pub de Ryan on voit un extrait des CONTES DE LA CRYPTE « And all trough the house » de Robert Zemeckis avec Mary Ellen Trainor. Un hasard sûrement pas puisque R. Donner et Joel Silver sont producteurs de la série.

On voit aussi une photo du film dans DIE HARD 2 (produit par J. Silver) avec la voisine de siège de Hollie Mc Clane.

 

 

Les répliques (VF)

 

-         « C’est pas du japonais ? »

-         « Notre radio est déjà japonaise, ils ont p'tet aussi racheté la police. »

-         « Argh ils possèdent tout ici. »

 

-         « Chouette la tente à oxygène. Tu sais moi aussi j'crois que j'vais en prendre une. »

-         « Quelle tente à oxygène ? Tu trouves que j'ai l'air de Michael Jackson ? »

-         « Non mais t'es baaad ! »

 

-         « Mais qu'est-ce qui te prends Roger ? Elle était superbe ! Formidable ! »

-         « Ouais ça m'a plu ! Elle m'a donné envie de m'acheter tout de suite des capotes ! »

 

-         « Oh tu vas voir ça ! Les flics ne lâchent jamais prise tu sais ? J'vais avoir des capotes sur mon bureau, des capotes dans la boîte aux lettres, des capotes dans le café, des capotes et des capotes ! Tu devrais apprendre à fermer ta gueule ! Mais non ! Il fallait que tu le dise à tout le monde. J'vais faire un tour. »

-         « Faut faire confiance aux copains : Ça rentre par une oreille et ça ressort par la capote. »

 

 

 

-         « Tout le monde escroque un peu. Regardez le pentagone ! »

 

-         « Elle est un peu p’tite, hein Leon ?

-         « C’est pas Leon, c’est Leo."

 

 

-         « Bien sûr faites pas demi-tour, Bien sûr faites pas demi-tour ! Tant pis ! J'le relèverais de la note ! Laissez moi, je peux vous donner un conseil amical à tous les deux ? Il ne faut jamais accepter le service au volant ! Toujours consommer sur place ! Vous savez pourquoi ? Bon bah d'accord, j'vais vous dire pourquoi ! On vous baise toujours au service au volant ! On vous baise toujours au service au volant ! Ils savent que vous aurez fait des kilomètres avant de vous apercevoir que vous vous êtes fait baisé ! Ok ? Ils savent que vous ferez jamais demis tour alors ils s'en foutent et qui se fait baiser ? Hé ben Léo Getz !! Voyons bien sûr ! Mais j'en ai rien à foutre moi j'le mangerais pas ce thon ok ?! »

-         « LA FERME ! »

 

 

- « Si vous prenez racine je vous bourre le cul et je vous renvoie avec vos couilles dans un lance-pierre. »

 

 

 

 

Au final ce 2nd volet de la tétralogie est une suite réussi plus drôle mais avec un zeste de noirceur pour la fin ou l’on voit Riggs se vengeait des responsables de la mort de sa femme, de Rika et de ses collègues. Comme il le dit « Je suis pas un flic ce soir. C’est personnel » Et de son côté Roger qui range son insigne.

Riggs devenant plus agréable mais toujours aussi casse-cou et qui règle enfin les comptes avec son passé personnel. D’ailleurs à la fin quand on croit qu’il meurt on entend le morceau Knock Knock Heaven’s Door.

 

Pour une fois la version cut n’apporte pas grand chose (une scène avec Riggs draguant des jeunes femmes dans un jacousi et Leo recherchant l’adresse de la maison sur pilotis)

 

 Le film  est dédié à Jay Engel (responsable son) sur le 1er et 2ème.

Trailer


Lethal Weapon 2 (Theatrical Trailer)
envoyé par NakedBrotha2007

Cheer Down de George Harrisson (Musique du générique de fin)

Partager cet article

Repost 0
Published by Oreo33
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Oreo33
  •  Oreo33
  • : Un imbécile heureux !
  • Contact

Profil

  • Oreo33

Recherche