Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juin 2008 5 13 /06 /juin /2008 21:31

 

Joe Dante le génial réal des GREMLINS, de L’AVENTURE INTERIEURE, de SMALL SOLDIERS a réalisé des films osés, hilarants et critiques sur la société US. Mais il a aussi réalisé 2 films d’horreur épouvante PIRANHAS et HURLEMENTS.

A ce jour son plus grand succès est GREMLINS sorti en 1984 et produit par S. Spielberg. En 1985 sort EXPLORERS un film plus intimiste et tranquille que ses autres longs.

Mais pourquoi parler de ce film ? C'est parce que c’était l’un des mes préférés étant jeune (cad il n’y a pas si longtemps). Mais ce film m’a marqué parce qu’il semble être le plus personnel du réal montrant son amour pour le cinéma de SF, les toons et l’enfance mais sans renier pour autant son esprit critique sur les US. Comme si c’était une autobiographie

A noter que ce film marque les débuts de E. Hawke et de R. Phoenix

Résumé piqué sur les Années Laser :
« Trois jeunes garçons construisent une navette, persuadés que quelqu’un, dans l’espace, les encourage et les guide ».

L’imaginaire

Le film commence par l’extrait du film de Byron Haskins diffusé sur une TV : LA GUERRE DES MONDES (diffusé ce dimanche soir sur Arte). L’extrait nous montre les vaisseaux ET détruisant les bâtiments. C’est là que la caméra fait un zoom arrière puis tourne vers la gauche pour nous montrer Ben endormi. Il rêve. Ce dernier se retrouve dans les nuages en train de voler. Il arrivera sur un gigantesque circuit imprimé (sorry Geouf c’est le seul mot que j’ai retenu de mes cours de techno) puis arrivera sur un schéma juste avant de se réveiller. On comprend peu à peu l’envie de Ben de voyager dans l’espace.

3 garçons dans le vent

Le contact des ET passera d’abord par Ben le plus rêveur et romantique du trio. Il dessinera le schéma de son rêve puis le passera au scientifique Wolfgang. Darren, quant à lui sauvera Ben d’une bagarre au lycée.
Il faut souligner les 3 caractères bien distincts des garçons qui semblent ne pas rentrer dans le moule au lycée.
Ben est un geek fan de SF, de l’espace, il rêve de devenir cosmonaute. On peut dire que c’est lui qui est souvent dans la lune parce qu’il est amoureux de Laurie et qu’il se passionne pour les rencontres du 3ème type.
Wolfgang est un scientifique très terre à terre voir anxieux. Il préfère se reposer sur des calculs et sur la confiance de la science.
Darren est un marginal roulant en bécane. Il a la cool attitude et son père est au chomdu.

En fait les 3 garçons sont des ados qui semblent ne pas être intégrés du fait de leur caractères puis au fur et à mesure de leur passions pour l’espace alors que leur camarades semblent plus se soucier de la vie locale. Ben, complètement à l’ouest sur une question de sa prof pour la gaz carbonique qui nous ressort des anecdotes sur Mars ou le bad guy Steve Jackson complètement inculte se faisant traiter d’éléphantite par Ben et qui comprendra que dalle à ce mot.
On peut faire un parallèle sur le protectionnisme (en gros se soucier que de ses affaires et ne pas être ouvert) des Etats centraux aux USA pour les 3 garçons qui semblent s’épanouir grâce aux voyages dans l’espace.
Quant aux 3 ados c’est l’âge de la puberté, des relations amoureuses, de l’alcool (bière qu’apporte Darren pour baptiser la capsule)

La conquête de l’espace

Le schéma dessiné par Ben et conceptualisé par Wolfgang leur permettra de faire une bulle étanche afin d’y mettre une capsule. La bulle renvoie à l’expression du même mot.
La préparation du voyage et des tests ressemble à une comparaison de la conquête de l’espace dans les 60’s programme Apollo. Le parallèle est frappant entre le film et la réalité c’est l’envie pour Wolfgang de garder le secret. Il y a aussi un autre parallèle avec les explorateurs du 15ème siècle quand les garçons rencontrent un hélico de la police lors de leur voyages. Le but est de partir vers l’inconnu et donc toutes les superstitions et clichés du monde pour faire des découvertes mais aussi apprendre à mieux connaître ce monde. Le but est de dépasser les limites comme C. Colomb et de revenir prêcher la bonne parole aux ignorants (allégorie de la Caverne, pfou enfin placé la touche philosophique , lol).

Vous l’aurez compris les ET sont on ne peut plus amicaux. C’est eux qui lancent l’invitation à Ben, Wolfgang et Darren. On peut dire que les 3 garçons sont des élus privilégiés.

L’hommage aux films de SF

Que ce soit Ben ou les ET chacun des 2 parties a appris à se connaître par le biais des films. Ce qui on peut dire n’est guère rassurant pour les ET désirant l’amitié des humains.

Les films, les romans, les comics… qu’a visionné Ben lui donnera une opinion et une image de sa rencontre avec les aliens. Ce qui au début le désenchantera un peu.
Mais la citation et la diffusion des films montrent aussi la peur des aliens d’aller sur Terre. Des extraits du Kaiju ou du JOUR OU LA TERRE S’ARRETA entre autres montrant ces êtres considérés comme dangereux se faire tuer. Le peuple humain détruit tout comme le dira l’ET Wax. Je pense que la diffusion de ces films ont là pour montrer que l’état d’esprit sur la peur de l’étranger n’ a pas changé. D’ailleurs quand Wax entonne la chanson Rock n’ Roll is here to stay, cela prouve que lui aussi est encore focalisé sur l’état d’esprit des 50’s et 60’s du moins pour ses bons côtés.

Dick Miller’s touch

En observant les films de Joe Dante on ne peut que s’enthousiasmer de revoir son acteur fétiche Dick Miller dans des second rôles et cela depuis PIRANHAS (1978) jusqu’au LOONEY TUNES PASSENT A L’ACTION (2003). Ce que notait Cuentin dans une scène malheureusement coupée sur PULP FICTION : Monster Joe et Rachel.
« Monster Joe est joué par Dick Miller, 1 des mes seconds rôles préférés. Il est dans tous les Joe Dante. Il a fait au moins 72 films avec Roger Corman. C’était un honneur de le filmer avec Harvey Keitel. »

Les FX

On retrouve les pointures ILM pour les effets visuels qui vieillissent et surtout le génial Rob Bottin. Ce maquilleur et son équipe sont à l’origine des make-ups très réussis de THE THING , ROBOCOP.
Mais Rob Bottin a noué une relation avec l’acteur Robert Picardo (souvenez-vous de Johnny Cab dans TOTAL RECALL, tellement bien fait que je croyais que c’était un acteur). L’acteur originaire de Phillie a endossé des costumes sur HURLEMENTS et EXPLORERS, L’AVENTURE INTERIEURE de Joe Dante. Le réal lui laissera joué à l’air libre si on peut dire dans ce dernier film en jouant le cow-boy. Dans EXPLORERS il joue STAR KILLER (série Z aux FX très visibles et aux dialogues risibles hilarants). Mais dans ce film il interprète deux ET Wax et son père. Le comédien dira de son expérience :
« Ce maquillage a été un cauchemar pour moi. Je crois que le jour ou j’ai dû revêtir le corps du père extraterrestre fait partie de mes pires souvenirs. Il y avait des mécanismes en fer et des câbles partout autour de mon corps. Ça pesait une tonne. Puis, il a fallu me maquiller pendant presque une nuit pour pouvoir être prêt, le lendemain, à travailler toute la journée dans cet instrument de torture. Je ne pourrai jamais recommencer un truc pareil ! »

La musique

Le compositeur Jerry Goldsmith composa des morceau aussi bien conquérants que plus intimes, voir mélancoliques appuyant la performance des comédiens. A certains moments j’ai eu l’impression de reconnaître son formidable travail sur TOTAL RECALL (J'ai fumé ?)

 

Pour finir EXPLORERS est un pur film 80’s mélancolique mais aussi hommageux. En espérant vous avoir donné envie de (re)découvrir ce très beau film. Le perso de Dick Miller est là pour rappeler le grand enfant qu’est Joe Dante et la part de rêve que nous conservons en chacun de nous tout au long de notre vie.

Et je m’excuse encore du style brouillon (pourquoi j’ai pas écouté ma prof de français ?)

DVD dispo dans une bonne édition
Son 5.1 pour VO et Mono pour VF, VE, VA
Image correcte qui montre le superbe boulot de la photographie le film se passe presque entièrement la nuit ou dans des endroits sombres.
Suppléments là c’est l’incompréhension il y a 2 scènes coupées qui étaient présentes dans le film sur la VHS.
La 1ère scène montre l’arrivée de Ben et Wolfgang au lycée et qui précède la bagarre avec Steve Jackson (une éléphantite)
La 2nde scène montre les 3 boys remontaient la capsule de la décharge pour la cacher. Arrivés au sommet, tout en s’engueulant ils la laisseront dévaler dans la rue.
C’est dommage qu’il n’y ait pas la BA, un doc. (similaire à celui de THE THING de J. Carpenter) et un commentaire audio. Mais bon j’en demande beaucoup.

Sources :
Les années Laser déc-janvier 05

DVD collector PULP FICTION édité chez Wild Tib (voir la scène coupée de Monster Joe)

Mad Movies HS n°7 EFFETS SPECIAUX : numéro monstres p 84 à 86


Extrait la BO

Partager cet article

Repost 0
Published by Oreo33
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Oreo33
  •  Oreo33
  • : Un imbécile heureux !
  • Contact

Profil

  • Oreo33

Recherche