Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juin 2008 5 13 /06 /juin /2008 15:12


Certains films arrivent à dénoncer des sujets sensibles.Hotel Rwanda est de ceux-là.

Lorsque j'ai découvert ce film au cinéma en avant-première je ne connaissais rien du génocide qui a eu lieu au Rwanda en 1994. Et l'une des principales qualités de ce film c'est qu'il amène à se poser des questions sur les faits qui se sont déroulés dans ce pays.
Hotel Rwanda possède les avantages du documentaire mais conserve une histoire linéaire et romancée. Cette histoire est celle de Paul Rusesabagina gérant d'un hôtel 4 étoiles dans la capital Kigali qui sauvera plus d'un millier de personnes en les abritant dans son hôtel. Ce qui est glaçant c'est la mention "d'après une histoire vraie". Paul Rusesabagina dira que 90 % de ce qui se trouve dans le film est vraie. C'est grâce à la persévérance de Terry Georges le réalisateur, et des acteurs qui se joints au projet d'adaptation de cette histoire : Don Cheadle, Sophie Okonedo, Nick Nolte, Joaquin Phoenix, Fana Mokoena, Hakim Kae-Kazim et j'en oublie.
Mais force est de constater que les acteurs impliqués dans leur rôle sont vraiment persuasifs. Je connaissais Don Cheadle pour Hamburger Hill, Mission to Mars et les 2 Ocean's. Il suffit de regarder son visage de la jaquette du DVD édité par Metropolitan pour se faire une idée de sa performance d'acteur.

C'est avec pudeur que le réalisateur et aussi scénariste avec Keir Person) a filmé l'horreur en préférant suggérer plutôt que montrer.
Je l'avoue, le fait de ne pas voir de massacres m'avait intrigué à la sortie du cinéma. Quel con ! Don Cheadle l'explique dans le denier numéro des Années Laser.
"le but Hotel Rwanda n'est pas de choquer le regard, mais de toucher les consciences. S'il avait visualisé les décapitations d'enfants, les viols et les éxécutions sommaires, le public n'en aurait retenu que des images révoltantes. Or l'essentiel était de faire ressentir l'horreur de la situation plutôt que de la montrer. Grâce à ce parti pris de suggestion, le spectateur comprend dabord l'épouvantable mécanisme des événements, puis laisse son imagination faire le reste."

Tout commence par un zapping radio en langue étrangère qui présente la situation au Rwanda. Ces inforamtion sont interrompues par un message qui met de suite dans le bain si l'on peut dire.
"Quand on me demande pourquoi je hais tous les tutsis, je réponds : lisez notre histoire. ILs ont collaboré avec les colons belges. Ils nous ont volé notre hutu. Les rebelles tutsis sont revenus. Ce sont des cafards, des assasins. Le Rwanda est notre terre hutu, nous sommes la majorité. Ils sont une minorité de traîtres, d'envahisseurs. Nous écraserons cette invasion. Nous anéantirons les rebelles du FPR. Vous écoutez RTLM, la radio de la force hutu. Soyez vigilants, suveillez vos voisins."

La suite nous présente Paul avec une musique agréable se dirigeant à l'aéroport avec son employé Dube. On y découvrira les méthodes de corruption sur gardien de l'aéroport et quand Dube donne glisse un billet au bagagiste. Ce qui frappe c'est de voir comment Paul entretient son réseau de connaissances hauts placées. C'est plus tard que l'on saura pourquoi. Bien qu'étant hutu Paul semble se désintéresser de la politique quand il discutera avec Georges Rutaganda la voix de la radio Hutu et son fournisseur qui combie la politique et le businness. En fait durant les premières minutes du film il est évident que tout semble noraml alors que 2 évènements intrigueront Paul. C'est la chute de 2 caisses remplies de machette lors de sa visite chez son fournisseur et son beau frère tutsi qui lui fait une révalation d'un de ses connaissance de son travail. La phrase "Coupez les grands arbres".

L'immense qualité de Paul est d'avoir protéger des personnes (qualités humanistes et altruistes et conserver son hôtel jusqu'a son départ (mission remplie pour le patron de la Sabena).

En fait pendant le début du film tous les acteurs secondaires sontt présentés: la famille de Paul,ses employés, les journalistes, les forces de l'ONU, la croix rouge, l'armée rwandaise et la milice interhamwe.

Avec une conversation du perso. J. Phoenix avec Don Cheadle après qu'il est filmé des meurtres.
"A mon avis, les gens qui verront ces images se diront que c'est affreux et poursuivront le dîner."
Les européens dans l'hotel seront secourus et rapatriés par l'armée française et belge sans que les rwandais réfgiés dans l'hôtel ne soient secourus. Triste sort. Comme le dit Paul ils devront se démerder par eux-mêmes. J. Phoenix ajoutera lors de son trajet vers le bus "Ce que j'ai honte."

Une des scènes dures est celle de la camiotte avec à l'intérieur Paul et un de ses employés qui découvriront une route pleine de cadavres. D'autres scènes sont dures à voir mais cette scène est une des plus choquantes elle est inattendue.

Le film montre la responsablilité des puissances occidentales qui qaund elles le veulent peuvent faire bouger les choses (quand le directeur de la Sabena secoure Paul). Ah cette foutue diplomatie. On en apprend pas mal. La France qui a fournie des armes, l'impuissance de l'ONU (pas d'implication dans un conflit, pas de moyens), les images des journalistes (le regret du personnage Joaquin Phoenix).

Quand j'ai revu "Hotel Rwanda" qui fout le coup de blues j'en ressorti honteux. Hotel Rwanda fait partie des films à sujet sensible comme "La liste de Shindler", "Amen", "Salvador", "La déchirure" (si vosu en connaissez d'autres, vous pouvez me le dire svp ?).
Sans montrer des images horribles mais en réfléchissant sur les pourquoi ce film est une leçon d'histoire, d'information et un message je pense sur les pays africains regardés de haut par les occidentaux. Qu'avons-nous fait ?

Je rejoins l'avis du journaliste A.A. dans les Années Laser.
"Colère, révolte, amertume, honte, impuissance et incompréhension saisissent le spectateur à la vision de ce film majeur qio dénonce la lacheté des grandes puissances mondiales face ua massacre volontairement occulté d'un million de personnes. Les acteurs sont admirables et la réalisation, limpide et digne, évite tout voyeurisme."

Partager cet article

Repost 0
Published by Oreo33
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Oreo33
  •  Oreo33
  • : Un imbécile heureux !
  • Contact

Profil

  • Oreo33

Recherche