Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juin 2008 4 12 /06 /juin /2008 11:14




Ben oui ce petit bijou explosif est le film que je ne me lasse pas de redécouvrir.
Pourquoi ?

l'histoire

Adapté du roman de Roderick Thorp le film conserve la relation de John Mc Clane et de sa femme.
Les changements se feront sur le temps (une nuit et les terroristes voleurs).
Le film est avant tout un divertissement. C'était la condition qu'a imposée john Mc Tiernan pour la réalisation. Dans le Ciné Live n°69 le réal. a dit:
"J'ai refusé plusieurs fois de faire ce film : le scénario ne me plaisait pas, il n'y avait que des bagarres entre de méchants flics et de vilains terroristes dans un immeuble appartenanant à une société corrompue détenant de l'argent sale. Tout le monde était mauvais et on me demandait de faire un film de divertissement! J'aimerais qu'on m'explique ce que des terroristes ont de comique! Il fallait que ce soit réaliste et sérieux et je n'avais aucune envie de réaliser ce genre de film, ou bien en changeant tout. J'ai fini par accepter de le tourner à condition que le scénario soir modifié, que les personnages soient bons ou drôles d'une façon ou d'une autre."

 

Heureusement que Mc T a conservé cette intrigue (le film se bonifie d'années en années).
Le fait que les terro. soient en réalité des cambrioleurs est plus amusant qu'un film avec une cause politique critiquant par exemple la politique étrangère des USA. Dans Guerres secrètes CIA(film documentaire) on en apprend pas mal sur le nb de pays victimes ou acteurs de la politique étrangère des Etats-Unis. A l'époque de la sortie du film je crois que c'était les pays d'Amérique Centrale et du Moyen-Orient qui étaient concernés. Donc un film avec des terro. européens fait passer la pilule et rend le film + sympathique. D'ailleurs je pense que True Lies est aussi un film divertissant (moins que Die hard) et drôle avec des terro. arabes.
POur en revenir à Die Hard il est aussi dans l'air du temps comme le rappelle le réal. dans le commentaire audio avec la croissance des entreprises japonaises et leur implantation aux Etats-Unis (Vive le toyotisme).

Deuxième point fort de l'histoire : le jour et le lieu. L'action se déroule dans un building
le Nakatomi Plaza (fox plaza en réalité) dans un quartier résidentiel de L.A. la veille de Noêl. Et les clins d'oeils musicaux seront nombreux ( sons de cloche, Let it snow repris par Al Powell avant que Mc Clane lui éjecte un cadavre sur son véhicule et à la fin au moment du générique). Ajoutez la déco. dans l'aéroport , les rues en face du Nakatomi, le Hall d'entré, le 30ème étage, le bureau de Hollie et la blague "Now I have a machine gun. Ho Ho Ho".
Même Hans ironisera avec Théo demandant un miracle pour que la dernière sécurité du coffre saute. "It's christmas Theo. It's time for miracle."

 

 

L'humour et l'ironie

Grâce au talent d'un des acteurs préférés de Tib on rit beaucoup dans ce film avec des répliques dignes de figurer dans "You talking to me" de Klatuu. Un exemple quand John Mc Clane parle à Hans en lui disant.
"RRR. Wrong guess Hans. Would to like to go for a double jeopardy when the score can really change ?"
Les policiers en prendront pour leur grade surtout Dwayne Robinson (l'adjoint au chef) et le FBI.
Tout repose sur le fait que ce film n'est pas sérieux mais conserve une part de sérieux et de réalisme.
L'ironie est flagrante pour le groupe de Hans qui font croire qu'ils sont des terro. pour pouvoir commettre ce cambriolage.
Quand Takagi lui demande : "What kind of terrorists are you ?"
Hans: "Who said we were terrorists?"
On peut supposer que Hans et ses hommes utilisent leur compétences acquises au mouvement radical Ouest allemand Volkfrei pour semer la terreur, prendre des otages et ne reculer devant rien. Tout leur arsenal n'est en fait qu'un leurre.
Hans le confimera quand il demandera à Dwayne Robinson de de libérer ses frères d'armes.

L'astuce des terro. de se faire passer pour ce qu'ils ne sont pas sont pas est similaire à Oean's Eleven au moment de l'évasion.

L'action

Sans jamais faire dans la surenchère (comme Bad Boys 2) les gunfights, bagarres, cascades, explosions sont impressionnantes et sont utilisés pour faire avancer l'histoire et non le contraire.

La musique

Michael Kamen a composé une musique inoubliable avec 2 thèmes l'un reposant sur le suspense et qui sera repris dans les 2 suites (et même dans Last Action Hero mais très discret).
Le deuxième est la 9ème symphonie de Beethoven qui fait office de fond sonore pour les terro. qui commence par l'arrivée du camion, Hans et Théo qui le fredonne et puis au momnet de l'ouverture du coffre ou la musique prend toute son ampleur exprimant la joie des terro pour l'ouverture du coffre. Le fait d'avoir mis ce thème montre de la gaieté et un capital sympathie pour les terro. (comme le dit Mc T dans le commentaire audio).

Les décors

L'art japonais est illustré par Jackon Da Govia et son équipe qui du Bureau surélevé dans le Hall d'entrée au logo Nakatomi nous montre une société japonaise très crédible. Et les décors dans les étages sont sublimes aussi. Un des meilleurs est la table des négociations entre Hans et Takagi réutilisée lors de la gunfight entre Mc Clane et Marco. J'allais oublier le fameux rocher ou coule l'eau au 30 ème étage.

La photographie

Jan de Bont (qui ne le connait pas ?) se sert de l'architecture des lieux et propose des éclairages sur les murs, sur les sols permettant au différentes leiux d'avoir de la gueule. Son passé européen et sa collaboration avec Paul Verhoeven permettra à Mc T de faire des plans + européens avec des mouvements inédits (contre plongée, travelling descendant). la caméra ne fait pas que suivre le perso mais permet de décrire les pensées des persos ( c. f. commentaire audio). et puis vous avez la photographie avec cette lumière rouge surtout présente à la fin (après que Mc Clane saute du toit).

 

 

La mise en scène

Mc T nous fait des plans magnifiques (inspirés de plans à l'européenne) grâce à son chef opérateur et son directeur de la photo. Dans le bonus de Predator il dit:
"Mon apprentissage a principalement consisté à monter des films de toutes pièces dans ma tête bien avant de les tourner.
Au début de mes études, je pouvais visionner un film entier dans ma tête, plan par plan. J'ai travaillé deux ans pour Jan Kadard quand j'étais à l'American Film Institute. Il me testait. Il me donnait du Fellini ou un autre film européen bien compliqué et me disait Apprends-le. Il n'entendait pas par là que je lui raconte l'intrigue, mais que j'apprenne le film. Il me testait. Il m'installait à un bureau, me donnait du papier et me disait : Ecris les plans. Pas certains plans ni les passages exceptionnels. Non chaque plan du film dans l'ordre, là ou il se trouvait, en disant si c'était un travelling avant ou un gros plan."
Dans le commentaire Mc T avouera s'être inspiré des films européens pour Predator et Piège de Cristal; ce qui était inédit à l'époque.
Et aussi le fait que les terro. parlent allemands et français sans les sous-titres (jeunesse de Mc T qui regardait les films étrangers sans les sous-titres)

Le film est devenu un classique

Die Hard s'est imposé comme standard avec les codes que tout le monde connait. Un flic enfermé avec des terro. et qui ne doit compter que sur lui-même.
Dans le doc. A l'épreuve du temps sur le DVD d'A Toute Epreuve dans la partie Le style John Woo ce dernier dit :
"A toute épreuve est assez proche de l'univers visuel de Piège de Cristal. parce que tout se déroule dans un immeuble."

Et David Wu
"Je pense que Piège de Cristal a donné au cinéma d'action une nouvelle ampleur. parce que après ce film tout le monde a imité ce style. Même à Hollywood ou Hong-Kong. On a eu Piège de Cristal à bord d'un bateau, dans un train, dans un ascenceur, sous l'eau, sur une falaise. Bref à toutes les sauces."

et le film s'attache à ses persos et leur rapports pour John Mc Clane et sa femme. Mc Clane veut juste renouer des liens avec elle et il y arrivera (pour le moment) grâce à cette situation extraordianaire.

Re David Wu :
"Evidemment, John pensait à Piège de Cristal, en cherchant à combiner ce type de situation pour renouer les liens entre le policier et sa femme. C'est toujours dans ces contextes critiques qu'on peut développer une intrigue sentimentale.
Toute notre jeunesse a été berçée par ces grands films. Etant gamins, nous avons vu beaucoup de grandes épopées, ou la guerre ou une situation de crise sont une simple toile de fond, pour l'intrigue centrale consistant à sauver une relation, une histoire d'amour rompue. C'est probablement ce que cherchait John en instaurant un climat à la Piège de Cristal pour recoller les morceaux entre Chow et sa femme Teresa."

 

Liens

http://rafik.blog.toutlecine.com/2746/Un-realisateur-surestime-Die-Hard/

BA

Partager cet article

Repost 0
Published by Oreo33
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Oreo33
  •  Oreo33
  • : Un imbécile heureux !
  • Contact

Profil

  • Oreo33

Recherche