Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juin 2008 3 11 /06 /juin /2008 23:10

 

 




Situé entre COMMANDO et PREDATOR, RAW DEAL est un film d’action avec Arnold sur fond de vendetta. Imaginez Arnold dans une scène flinguant des méchants et cupides mafieux avec son petit MP5.
Parfait exemple de l’époque aujourd’hui révolue comme l’a rappellait Zeke sur OVER THE TOP, ce sont les 80’s offrant des films d’actions bourrins, offensifs mais aussi « jouissifs ». Bref des films ou on ne se prenait pas la tête et c’est tant mieux. Des héros adeptes de la justice expéditive : les héritiers de Dirty Harry. Un peu comme les FPS de DOOM, UNREAL TOURNEMENT. D’ailleurs TOLERANCE ZERO avec The Rock n’est-il pas un hommage à ses films ?

Résumé

Mark Kaminski (Arnold Schwarzenegger) est un ancien agent du FBI devenu Shérif dans une petite ville de Caroline du Nord. parce qu’il a « défoncé la gueule »à un violeur d’enfant. Le fameux Miranda Act. Son ancien patron et ami Harry Shannon lui demande son aide afin de venger la mort de son fils. Ce dernier était chargé de protéger un témoin face aux mafieux italo-américains appartenant à l’organisation Patrovita située à Chicago.
L’opération n’étant pas officielle, M. Kaminski devra s’infiltrer dans la famille en prenant une fausse identité et détruire l’organisation. Il pourra après réintégrer le bureau. Ça c’est du deal.

Une équipe italienne

RAW DEAL fut produit par Dino de Laurentis, producteur d’origine italienne encore très influent aujourd’hui. Il a produit via sa compagnie (Dino de Laurentis Entertainment Group) de nombreux films comme ORCA (1977), KING KONG (1976), CONAN LE BARBARE (1982), CONAN LE DESTRUCTEUR (1984), L’ANNEE DU DRAGON (1985), L’ARMEE DES TENEBRES (1993), U-571 (2000), HANNIBAL (2001).
L’histoire est signé par 2 scénaristes célèbres pour leur collaboration avec S. Leone : Luciano Vincenzoni et Sergio Donati. Ils ont écrits les scripts de :
ET POUR QUELQUES DOLLARS DE PLUS (1965) qui marque leur rencontre et puis sur IL ETAIT UNE FOIS LA REVOLUTION (1971).

L. Vincenzoni : LE BON, LA BRUTE, LE TRUAND (1966)
S. Donati : IL ETAIT UNE FOIS DANS L’OUEST (1968)

Et puis ils ont collaboré ensemble sur ORCA en tant que producteurs et scénaristes. Voir le très bon doc. « Autour de Sergio Leone » dans le DVD de MON NOM EST PERSONNE.

L’agent tous risques

Adepte de la justice et de la vengeance personnelle le héros Mark Kaminski pourrait incarner un anti-héros dans un western (passé glorieux, arrivée dans une ville corrompue n’est-ce pas là les thématiques leoniennes ou du récent DERNIER RECOURS de W. Hill) A ce titre le début du film nous le présente comme quelqu’un de qui n’arrive pas à se plaire dans son boulot. Citadin d’origine il est devenu Sheriff dans une petite ville. Ce qui ne l’empêche de jouer les cow boys en faisant une embuscade à un motard. On voit bien qu’il n’est pas à sa place comme le lui rappelle sa femme en lui balançant un gâteau avec écrit dessus « shit ». En fait la renaissance de Kaminski s’effectuera quand son ancien patron lui proposera le fameux deal. Mais pour renaître de ses cendres il devra faire croire qu’il est mort d’ou l’accroche du film et ainsi prendre une autre identité.

 

 

C’est à partir de ce moment que le film décolle quand son chef lui donne des informations via dictaphone sur l’organisation de Patrovina (pour un peu on se croirait dans MISSION IMPOSSIBLE la série). Dans le but de s’infiltrer Kaminski troquera sa chemise de bûcheron, ses boots et jeans contre le costard, les pompes bien cirées et les cheveux noirs plaqués en arrière. Le seul élément qu’il gardera sera son cigare.

John Irvin le réal qui signera HAMBURGER HILL (1987) aura tout le loisir grâce au producteur influent de filmer des cascades automobiles, des explosions, des gunfights et bagarres dans des lieux peu communs pour l’époque. Bien sûr RAW DEAL se veut moins onirique que LE PARRAIN sur la mafia italo-américaine. Mais les 2 leaders Patrovita et Lamansky incarnent des parrains authentiques (surtout au niveau de l’accent).Il y aussi des hommages à 007 avec les scènes de casino et les répliques qui tuent. C’est d’ailleurs dans le casino souterrain et clandestin que M. Kaminski fait la connaissance de son amante Monique incarnée par Kathryn Harrold. Notons aussi que le film décrit l’organisation mafieuse avec ses rentrées d’argent (casinos, drogue, prostitution,) et leur contacts (corruption de fonctionnaires de police et de justice). Mais justement comment appliquer la justice de manière traditionnelle avec procés si le condamné mafieux plaide le 5ème amendement. La solution qui nous offre un final spectaculaire est la justice personnelle et bourrine. Et le réal n’oublie pas de glisser une réf. Musicale puisque juste avant ce final. Arnold met une cassette qui diffuse SATISFACTION des ROLLING STONES. Au moins le message est clair. On ne fait plus dans la dentelle et la soie puisque Arnold remettra son marcel et son blouson de cuir juste avant les gunfights dans une séquence de chargement d’arme (une trademark que l’on retrouve dans beaucoup de films d’actions) Il y aussi que dans ce film il y a deux acteurs que j’aime bien :

Les répliques VO

- “This is gonna make us fat.”

- “So we did who’s who in Chicago.”

- “You think I look like Dirty Harry ?”

- “He has a good taste in jewelry, but you have a rotten taste in men.”

- “Tell him I’m the pain in Lamansky’s ass.”

- “Losing improves your character.”
- “Winnings improves your wardrobe.”

- “If you’re the best, the wheel would’ve never been invented.”

La collector
- “Joseph P. Brenner. What’s the P stand for ?”
- “Pussy.”

Je pense que LE CONTRAT est un film divertissant qui marque encore les débuts d’Arnold. Son rôle n’est pas le plus fouillé mais j’ai revu avec plaisir ce film purement 80’s (merci la musique et les répliques). Un sous-genre du film d’action le « one against all ». La réalisation est d’ailleurs soignée (ralenti, plans longs, contre plongée, travellings) mais toujours au service de l’action.
Et puis voir Arnold dérouillait seul des mafieux avec armes, poings ou répliques est exquis. Lol. Ne pas rater sa diffusion en 2ème partie de soirée sur TF1.

A noter en second rôle Robert Davi (LES GOONIES, PIEGE DE CRISTAL, PERMIS DE TUER, PREDATOR 2),

Ed Lauter ( NE UN 4 JUILLET, EXTREME PREJUDICE, TRUE ROMANCE…)

Et une des nombreuses apparitions de l’acteur / cascadeur Thomas Rosales (PREDATOR 2, LES AILES DE L’ENFER…) : une gueule du cinéma comme Al Leong et qui meurt souvent aussi)



Trailer en VO

Partager cet article

Repost 0
Published by Oreo33
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Oreo33
  •  Oreo33
  • : Un imbécile heureux !
  • Contact

Profil

  • Oreo33

Recherche