Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juin 2008 3 11 /06 /juin /2008 22:55


Pour son premier long Renny Harlin frappe fort avec un film sur l’univers carcéral. Une façon de rendre hommage au film d’Alan Parker ; l’un de ses films préférés.
L’histoire change d’endroit puisque au lieu d’une prison turque c’est une prison qui se situe en URSS. Vous l’aurez compris ce film se situe en pleine guerre froide dans les 80’s.

Résumé

Savoy, Mitch et KC 3 étudiants américains décident de passer leur vacances en Finlande. Au cours de leur voyage ils se rapprochent de la frontière avec l’URSS. Voulant relever le défi de passer le « rideau de fer » les 3 jeunes franchissent clandestinement la frontière. La situation se dégrade quand les 3 garçons se font pourchasser par l’armée soviétique. Ils réussissent à se cacher dans un village non loin de la frontière. Malheureusement ils se font attraper par les villageois qui les accusent d’avoir violé et tué une jeune fille.
Aidé par la sœur de la jeune fille ils parviennent à s’échapper de ce village mais se font rattraper par l’armée peu avant de rejoindre la Finlande. KC est blessé à la jambe au cours d’une fusillade. Interrogés par un officier du KGB qui les force à avouer qu’ils sont des terroristes, ils se retrouvent enfermés dans une sinistre prison.

Des débuts difficiles

Passionné de cinéma depuis que sa mère l’emmenait voir des films sur grand écran comme ceux de A. Mann, John Ford, Howard Hawks, Alfred Hitchcock… Renny Harlin, né en Finlande se fit au fil des années une connaissance qui le poussa à tourner un jour des courts-métrages. Pour cela il emprunta la Super-8 familiale et commença à tourner dès l’âge de 12 ans des films avec ses camarades d’écoles. Puis à 19 ans il s’inscrit à la section cinéma de l’université d’Helsinki. Malheureusement cette section était relativement récente et ne disposait que de peu de moyens. Néanmoins il continua son apprentissage cinématographique en s’abonnant à Variety et lisait les livres de Larry Edmonds. Ces livres en plus de ses courts-métrages lui ont permis d’apprendre la manière de réaliser un film et de la mettre en pratique.
Commençant à s’ennuyer dans son université qui proposait peu de pratique, il se mit à démarcher les agences de pub finnoises. C’est ainsi qu’il se retrouva dans l’entreprise Shell. Il réalisa son 1er documentaire sur les produits de la firme pour une durée de 25 min. Ce film plu aux dirigeants et aux agences de pub et R. Harlin décrocha d’autres contrats pour Shell mais aussi d’autres entreprises.

Frustré de ne pas beaucoup apprendre à l’université (alors qu’il avait l’impression d’avoir bien plus appris lorsqu’il travaillait pour les entreprises) il la quitta 2 ans après y être entré. Cette décision fût difficile surtout pour ses parents qui souhaitaient qu’ils obtiennent un diplôme. Mais il pût se consacrer entièrement à son métier. Il se mit à réaliser des spots de pub et gagna de nombreuses récompenses. Cette expérience publicitaire lui permis d’apprendre à gérer une équipe et de faire face à des impératifs commerciaux (durée, mises en valeur d’un produit…). A 21 ans il remporte la récompense du meilleur court-métrage et travaille pour la TV. C’est à ce moment là qu’il se mit à écrire des scénarios et quitta progressivement l’industrie publicitaire et télévisuelle de Finlande (lassé par le système et son manque d’ambition). Il envoya ses scénarios à la Finnish Film Fund. Toutes ces demandes essuyèrent des refus au motif « trop commercial ». Le réal se disait qu’a cette époque la commission des films finlandais ne souhaitait financer que des films d’auteurs sérieux à connotation sociales. Il était évident que le gouvernement finlandais n’allait pas l’aider à financer ses films. C’est alors qu’une rencontre avec un distributeur vidéo allait changer la donne : Markus Selin.

Des conditions extrêmes

M. Selin aussi passionné de cinéma co-écrit avec R. Harlin un script assez ambitieux de genre : ARTIC HEAT. Pour financer ce film les 2 amis s’endèterrent lourdement. Ils souhaitaient tourner en Finlande en anglais avec un casting international. A l’époque la vedette des films d’action était Chuck Norris. Pour le convaincre ils lui envoyèrent le script et un chèque généreux de 100 000 $. Le nom de la vedette permettait de prévendre le film et de tourner une partie qui serait présenté aux producteurs et distributeurs internationaux. Technique qu’utilisera Samuel Hadida sur CRYING FREEMAN par exemple. A cette époque le film avait changé de titre WILD FORCE. Les 2 amis purent ainsi sortir une démo de 20 minutes. Malheureusement C. Norris quitta le film (pourquoi ?). Quoiqu’il en soit R. Harlin et M. Selin s’envolèrent direction Hollywood afin de trouver des fonds pour pouvoir terminer le film. Ils frappèrent à beaucoup de portes et envoyèrent leur démo à plusieurs studio. Un seul leur donna une réponse positive : Cinema Group. Lors d’un entretien ils décrirent leur vision du film et surtout l’argent nécessaire pour finir le film : 500 000 $. Le studio leur donna la somme. C’est ainsi qu’ils purent rentrer en Finlande et finir le film.

 

 

Le tournage additionnel ne fût pas une partie de plaisir. Endettés, inexpérimentés la date de tournage pris du retard. L’équipe réduite (12 personnes) tourna en plein hiver. Chacun occupait plusieurs fonctions. Mais heureusement le film pût se terminer et sortit sur les écrans américains sous le nom de BORN AMERICAN, en Angleterre ARTIC HEAT en 1986. En France il sortit en 1988 sous le nom de FRONTIERE INTERDITE. Le réal et son producteur M. Selin ne touchèrent rien sur ce film.

La voie du succès

Le film ne fût pas un grand succès commercial mais il permit à Renny Harlin de se faire au nom aux USA. C’est à partir de ce film qu’il restera dans ce pays. Heureusement Irwin Yablans, producteur d’Halloween de J. Carpenter décida de faire de R. Harlin de prochain John Carpenter. Pour cela il produisit PRISON par le biais de la compagnie Charles Band. Succés critique et commercial, un cadre de la New Line demanda au jeune réal de réaliser le 4ème volet de NIGHTMARE ON ELME STREET. Immense succès commercial R. Harlin avait prouvé qu’il était un réal rentable et doué aux yeux d’Hollywood. La suite on la connaît tous.

Un casting US

Pour son film Renny Harlin décida très tôt de faire appel à des acteurs américains. Ce qui lui garantirait une certaine légitimité pour le public US dont l’histoire semble très héroïque et nationaliste (on brosse dans le sens du poil ?).

Savoy est joué par Mike Norris (le fils de Chuck Norris)
Steve Durham interprète Mitch
David Coburn incarne KC
Thalmus Rasulala est l’amiral (un prisonnier américain enfermé dans la prison)
Albert Sami est l’émissaire US chargé de négocier la libération des 3 étudiants.

Le film, inspiré des films de prison comme LE PAPILLON, L’EVADE D’ALCATRAZ et MIDNIGHT EXPRESS récupère le pitch de départ de ses modèles (l’enfermement) mais se démarque dans son traitement à savoir que l’étude psychologique est beaucoup moins développée. Néanmoins le film est réussi sur plusieurs points : tout d’abord les décors intérieurs de la prison sont de qualité (saleté, poussière, moisissure, murs délabrés). Ensuite le film comporte des scènes d’actions bien ficelées (explosions, gunfights). Et puis le réal montre des plans à la grue très bien faits (allant de la contre plongée, a la plongée). A signaler aussi les excellents ralentis peckinpahiens dans les gunfights.
Même si le filme est une œuvre de fiction les 2 scénaristes ont souhaité l’inscrire dans une certaine réalité de l’époque : la guerre froide. Tout d’abord au début du film il y a un texte qui décrit le contexte avec les passages de la frontière entre l’URSS et les pays comme la Finlande disant que ces actions ne sont pas si rares. Puis à la fin un autre texte explicatif est inséré montrant ce qui est arrivé aux héros.

 

 

BORN AMERICAN pourrait se résumer à un film d’évasion ou 3 jeunes américains ne doivent compter que sur eux-mêmes pour se sortir de cet enfer. Ils seront torturés, trahis, humiliés et séparés de leur capture jusqu'à leur évasion. Heureusement ils seront aidés par l’amiral un prisonnier politique ancien agent de la CIA et par une jeune femme russe. L’ambiance crade de la prison est justifiée par un désir de montrer les geôliers soviétiques et leur administration sous un jour peu glorieux ou chaque prisonnier doit se faire respecter pour espérer survivre. De plus certains prisonniers violents et peu coopératifs sont isolés dans une grande pièce ou se jouent des parties d’échec à grandeur nature. C’est malheureusement ce qui arrivera à l’un des 3 américains.
A cela s’ajoute aussi une dénonciation de la corruption et du laxisme de l’administration US envers ses citoyens. Une façon pour Renny Harlin de traiter à quasi-égalité les 2 régimes US et soviétiques qui ne sont guère mieux l’un que l’autre lors de leur actions pendant la guerre froide. C’est peut-être une façon aussi de montrer la fierté de la nationalité finlandaise de Renny Harlin. D’ailleurs à la sortie ce film fût interdit en Finlande à cause de l’image qu’il montrait des prisons soviétiques. Avec le recul je peux dire que ce film (bis ?) n’est pas tendre avec les soviétiques mais qu’il n’a pas une dénonciation aussi virulente des prisons turques dans MIDNIGHT EXPRESS. Le film étant plus un film d’action que d’étude psychologique comme celui d’Alan Parker. En conclusion BORN AMERICAN permettra à Renny Harlin de commencer à se faire une place dans la cour des grands. Cette expérience lui sera bénéfique sur des tournages difficiles en extérieur comme 58 MINUTES POUR VIVRE et CLIFFANGHER, AU REVOIR A JAMAIS. On peut déjà commencer à voir ce qui fera son style.

Sorry j’ai pas développé sur le film mais j’espère vous avoir donné envie de découvrir ou redécouvir ce film très intéressant qui marque les débuts de Renny Harlin à Hollywood.

PS : j’ai trouvé ce film à 2,99 € chez Planet Saturn. Et l’un des acteurs est doublé par l’acteur Patrick Poivey.

Partager cet article

Repost 0
Published by Oreo33
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Oreo33
  •  Oreo33
  • : Un imbécile heureux !
  • Contact

Profil

  • Oreo33

Recherche