Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juin 2008 3 11 /06 /juin /2008 22:53


Découvert un jeudi soir par hasard sur M6 en 2ème partie de soirée ce film de Stephen Sommers jongle avec films de monstres, mercenaires, bateau fantôme, action et répliques bien senties. Un mélange qui donne un résultat efficace pour un B movie bien cool.

Résumé
Finnegan (Treat Williams) est capitaine du Saipan : bateau régulièrement utilisé pour des cargaisons douteuses. Mais ce trafic ne le dérange pas tant qu’il est payé. Cette fois, ses commanditaires sont des mercenaires surarmés qui ont planifié de faire un casse dans un luxueux paquebot. Ce paquebot du nom d’Argonautica est le dernier cri dans la technologie. Mais en pénétrant dans le paquebot les mercenaires, Finnegan et son mécanicien vont s’apercevoir que les passagers ont disparu et que quelque chose de monstrueux les traque.

Ecrit et réalisé par Stephen Sommers DEEP RISING pousse à fond le côté suspense et action comme l’avait fait le ALIENS de J. Cameron. Le suspense est bien géré puisqu’on ne voit les créatures qu’a la 52,07 min. Une façon de foutre les jetons autant aux personnages qu’aux spectateurs.
Le début du film comporte un petit explicatif sur d’étranges créatures sous-marines présentes dans la mer de Chine. Peu descriptif il rajoute encore dans le suspense (des créatures vivants dans les hauts fonds marins auraient fait couler des navires…). Puis après le réal nous montre des plans subjectifs de la créature qui rappelle le JAWS de S. Spielberg. Des plans assez flous que R. Harlin réutilisera pour montrer la vision de ses requins dans le génial PEUR BLEUE.

S. Sommers prend le temps de présenter ses personnages : d’un côté Finnegan, son équipe et les mercenaires et de l’autre les passagers de l’Argonautica (surtout Trillian). Il jongle avec les différents protagonistes permettant de découvrir les objectifs de chacun. Finnegan et son équipage ne sont que des pions fasse aux mercenaires ; Trillian est une voleuse professionnelle recherché par les polices de plusieurs parties. Son habilité n’a d’égal que sa beauté (sorry fallait que je la place celle-là mais c’est Famke Janssen, non ?) ; les mercenaires dirigés par Honover (génial Wes Studi) sont décrits en fonction de leur personnalité mais ils ont tous cruels.

Les problèmes commencent pour les 2 parties (le Saipan et l’Argonautica) quand le mécanicien fouineur de Finnegan découvre que les mercenaires ont emmené avec eux plusieurs torpilles. Au même moment Trillian entend un bruit bizarre au lointain après qu’elle est volé le portefeuille du commandant. Elle se fera malheureusement pincé juste avant d’ouvrir le coffre fort du paquebot. Pour Finnegan et son équipage ils sont pris en otage par les mercenaires après qu’ils aient heurté un hord-bord.
Peu avant cette collision une personne pirate le système de communication et de localisation du paquebot. C’est à ce moment-là que la créature entre en jeu créant la panique chez les passagers et aspirant une passagère réfugiée dans les toilettes (ils devraient savoir que c’est la planque la moins sûr depuis JURASSIC PARK, non ?). La découverte du bateau vide intriguera les hommes.

 


La créature justement se fait discrète non pas dans ses attaques mais par le fait qu’elle ne se montre jamais laissant toujours une idée de doute. Ainsi les morts de la passagère, T-Ray, Mamooli se terminent par la disparition de ces personnes sous un geyser de sang.
Au fûr et à mesure les survivants et les mercenaires vont se rendre compte que la créature s’est emparé de tout le bateau et les a piégé. Ce que conclut Finnegan quand il raconte l’histoire du bébé pieuvre.

 

Mais ce n’est pas tout les tentacules que les personnages tentent de repousser sont reliés un poulpe géant (sorry j’ai pas retenu le nom) avec une tête en croisement de Bull-Dog et de Shar-pei. Mais là ou l’horreur est mis en place c’est quand les personnages feront la découverte des squelettes des passagers (digérés et pompés vivants par les créatures et recrachés donnant un effet d’une redoutable efficacité). La créature et ses tentacules seront conçus par Rob Bottin et son équipe puis secondés pour les effets visuels par Dream Quest Images et ILM. Là il faut dire chapeau à ces équipes surtout au niveau des tentacules leur donnant une personnalité proche de celle de L’ANACONDA (superbe effet quand elles ouvrent la gueule !)

Mais il n’y a pas que les tripailles dans la vie et nos héros n’arrivent pas les mains vides sur l’Argonautica. Un fusil mitrailleur chinois M1L1 (canon rotatif et waterproof), des grenades, des pistolets et un bon sang-froid (vive les vannes du mécanicien) ne sont pas de trop pour combattre la bête et ses disciples. S’en suivent des courses poursuites et des explosions.

Répliques (VF)

- « Finnegan. Ouais j’ai entendu parler de toi mais je te croyais plus vieux. »
- « Je suis comme le bon vin ; je me bonifie en vieillissant. Merci. »
- « Comme le bon vin mes fesse. T’es plus genre cannette de bière. »

- « Fais pas chier. Ile, pays, continent… Moi partout ou y’a des femmes ça m’intéresse.
- « Si tu viens dans mon pays j’te descends. »

- « Je ressens un vrai manque d’amour ici. »

- « Ecoutez les mecs, je vote pour qu’on balance cette petite merde par dessus bord. »
- « Moi je vote pour qu’on le tue. »
- « Et moi je vote pour qu’on le tue et qu’on le balance par dessus bord. »
- « Oui mais on vote ici. On n’est pas en démocratie. »

- « Oh mec tu peux pas leur dire de la fermer. »
- « C’est toi qui va la fermer. T’es pas indispensable. Tu vois ce que je veux dire ? »
- « Oui je vois. C’est toute l’histoire de ma vie. »

- « C’est un bateau de croisière. Vous n’avez pas besoin de vos armes. »
- « Si jamais ils nous attaquent ? »
- « Avec quoi ? Des margaritas et de l’huile à bronzer ?

- « T’as vraiment une grande gueule toi tu sais ? »
- « Oui je sais. »
- « Je t’aime pas. »
- « Tu m’ connais même pas. »

- « Whoa mec qu’est-ce que ça pue ! »
- « Est-ce que j’ai dit que c’était toi ? »

- « Tiens regardez-ça un signe de vie.
- « Avec des formes. »

- « On va tous crever parce que vous vous êtes gouré dans vos prévisions financières ? »

 

 

Au final DEEP RISING se révèle diablement prenant une fois que le show commence. S. Sommers sait combler les amateurs de tripaille, de gueules (Wes Studi, Anthony Heald, Kevin J. O’Connor, Cliff Curtis et Djimon Hounsou),de charisme (Treat Williams), de beauté (Famke Janssen), de répliques bien senties… Il fait preuve d’une bonne gestion des FX visuels (sauf celui de la bête) mais aussi d’une gestion des décors efficaces (la lumière passe au travers des cales et tunnels et la plongée en apnée). Bref un très bon B movie bien cool avec une fin ouverte (« quoi encore ? »)

soundwave a chroniqué DEEP RISING dans son dossier Dans l’eau personne ne vous entend crier

BA française

Partager cet article

Repost 0
Published by Oreo33
commenter cet article

commentaires

Jacky Cheung 14/06/2008 18:01

Franchement un bon film, bon fantastique action, bons acteurs, bons effets spéciaux. Quoi demander de plus.

Oreo33 17/06/2008 22:47



Nothing just for fun. Du réal c'est celui que je préfère mais faudrait que je revois VAN HELSING.



Présentation

  • : Oreo33
  •  Oreo33
  • : Un imbécile heureux !
  • Contact

Profil

  • Oreo33

Recherche